Custer l'Homme de l'Ouest - Custer of the West - 1967 - Robert Siodmak

Voir tous les films critiqués
Règles du forum
Avant d'ouvrir un nouveau sujet de discussion, pensez à consulter la liste de tous les westerns critiqués sur ce forum

SVP : Pour les images larges et lourdes, utilisez IMG2 et non IMG pour faire une miniature. Pensez aux connexions lentes!
Avatar du membre
Daniel
Westerner
Westerner
Messages : 2117

Custer l'Homme de l'Ouest - Custer of the West - 1967 - Robert Siodmak

Messagepar Daniel » 31 mai 2009 6:31

Image

J'ai trouvé sur le web une analyse custérienne fort intéressante du film de 1968 du réalisateur d"origine allemande Robert Siodmak, "Custer of the West" (Custer, l'homme de l'Ouest). Extrait de la thèse de doctorat "Le général Custer au cinéma 1909-2004" par le Dr. Jean-Marc Chamot, professeur à l'Université Paris X - Nanterre.

En janvier 1968, on voit apparaître sur les grands écrans un film dans lequel Custer occupe une place importante. Il s’agit d’une coproduction cosmopolite, essentiellement hispano-américaine[1], Custer of the West – A Good Day for Fighting (Custer, l’Homme de l’Ouest). Cette production onéreuse en Super-Technirama présente un Custer complexe, plein de contradictions. Pour son dernier film « américain » – et son unique western – Robert Siodmak, metteur en scène d’origine allemande, dirige Robert Shaw dans le rôle de Custer et Mary Ure dans celui de son épouse.

La vie du Général est retracée à partir de la fin de la guerre de Sécession, dès qu’il prend le commandement du 7e Régiment de Cavalerie. C’est un personnage de facture somme toute classique qui nous est montré puisque la majeure partie des éléments constitutifs de l’intrigue reprennent, dans ses grands traits, la trame historique de la saga de Custer. On notera cependant que le conflit entre le major Reno et le lieutenant Benteen est présenté de façon spécifique car ce Benteen-là se révèle pro-indien et s’oppose pour cela à Reno qui, de plus, est quasiment alcoolique. Le Général doit donc faire ses preuves et assumer son autorité de chef vis-à-vis de ses officiers tout en ramenant la discipline parmi les hommes du rang, à l’instar de ce qu’il avait fait dans le film tiré de la série Custer.

Sur l’ordre du général Sheridan, Custer lance une attaque contre un village cheyenne pendant laquelle ses hommes, oubliant la discipline, se mettent à massacrer femmes et enfants. La situation est présentée de telle façon qu’il est clair que cette partie du film est organisée pour exonérer le Général de toute responsabilité lors de la bataille au bord de la rivière Washita, illustrée ici sans être nommée[2].

La réputation politique de Custer reste également intacte puisqu’il s’oppose aux politiciens du cabinet du président Grant, qui se sont quant à eux laissés acheter par les compagnies ferroviaires et minières. Custer est donc dépeint de manière positive lorsqu’il accepte de mettre sa carrière en péril pour avertir la nation du prix moral à payer si elle assortit la conquête de l’Ouest d’une extermination des Indiens des Grandes Plaines – signalons d’ailleurs que, dans ce cadre, le Général se trouve face à un dilemme, puisqu’il est chargé, en éliminant les Indiens, de mettre fin à ce pour et par quoi il existe, c’est-à-dire la Frontière.

Après avoir été suspendu, il retrouve son commandement grâce à l’entregent diplomatique de sa femme et mène ses hommes sur le champ de bataille. Chevaleresque, il refuse d’utiliser des mitrailleuses Gatlings contre les Indiens. Le face-à-face lui convient : il ne veut pas se cacher derrière la technologie et privilégie un comportement héroïque des plus classiques. Il explique ainsi aux chefs pourtant hostiles « Des trains – de l’acier – des fusils qui tuent par milliers. Notre façon de combattre est finie. »

On note que la « présence » physique de Robert Shaw – qui tient le rôle avec un talent certain – est très masculine, à l’instar de celle de Wayne Maunder dans Custer. Ses traits énergiques, ses larges épaules, sa physionomie athlétique valident les morceaux de bravoure que lui confie le scénario. Cette virilité est confirmée par la sensualité des rapports qui l’unissent à son épouse. C’est toujours ce magnétisme masculin qui fait que lorsqu’il participe à l’entraînement de ses hommes et se retrouve le dernier debout – anticipation de son Last Stand ? – le spectateur ne peut que croire en un tel homme. On peut noter que pendant tout le film le public voit le Général porter une vareuse bleue (d’ailleurs souvent délavée, plus que celles des autres soldats, sans doute pour le rendre immédiatement repérable) pourtant, au moment de son ultime combat, on lui fait arborer l’un des plus beaux buckskins de l’histoire cinématographique du Général, confirmant ainsi le classicisme de la présentation.

Pourtant – et c’est une innovation – alors qu’il est le dernier à rester debout à la fin du Last Stand sur les berges de la Little Big Horn, ses troupes ayant succombé sous le nombre, ses ennemis reconnaissent son courage en lui laissant la possibilité de fuir. Il refuse d’infléchir la course de sa « destinée manifeste » et il fait front. Lorsqu’il lance un dernier cri de défi, le cercle des Indiens se referme sur lui.

La clôture du film attribue la responsabilité de la fin de Custer à Reno, utilisant l’un des clichés classiques du genre et, de la même manière, par convention, le Général est le dernier à tomber au combat. Il est clair, à l’aune des quelques références évoquées ci-dessus[3], que le Général présenté ici n’a rien à envier à ses premiers antécédents cinématographiques. Si certains éléments le rendent un peu plus « réaliste », il n’en reste pas moins le héros glorieux et intouchable du passé. Comme dans They Died With Their Boots On, force et faiblesse vont de pair dans le scénario. Par ailleurs, les liens qui unissent l’œuvre au film de Walsh sont évidents dans la mise en œuvre du Last Stand[4], totalement homérique.

La douce amertume des scènes finales, ce regret des combats du passé, livrés d’homme à homme, semblent vouloir montrer que les événements de plus en plus graves qui se déroulent au Vietnam ne sont pas sans échos. Ce n’est plus de nobles guerriers du genre de Custer dont la guerre dans le sud-est asiatique a besoin[5]. Cette époque-là est finie, le militarisme un peu suranné d’antan ne correspond plus à l’air du temps, une nouvelle représentation du héros est dorénavant indispensable. Représentant un hommage discret mais constant à They Died With Their Boots On tourné vingt sept ans auparavant, ce film subtil est, ainsi que John Philip Langellier l’avance avec raison, un véritable anachronisme[6].

[1] Il a été filmé en Espagne et en Suède, la musique était le fait d’un compositeur brésilien et les acteurs étaient Anglais et Américains…

[2] Le portrait de Custer n’est pourtant pas exclusivement positif et il est montré faisant exécuter un déserteur, le sergent Mulligan. Ceci était plutôt inhabituel car il faut rappeler ici que, comme l’avance Philippe JACQUIN « Si les désertions sont officiellement punies de la peine de mort, celle-ci est rarement appliquée pour la simple raison que les régiments manquent toujours d’hommes. Ceux que l’on réussit à rattraper sont plutôt marqués au fer rouge ou contraints de traîner à la cheville un boulet de dix kilos dans l’enceinte du fort. » La vie des pionniers au temps de la conquête de l’Ouest, op. cit., p. 178.

[3] Certaines transformations sont encore plus patentes. Ainsi le press-book du film avance que le cheval du général s’appelle Comanche, en fait c’est la monture de Keogh qui s’appelle ainsi, de plus, l’animal n’est pas bai mais blanc.

[4] Auquel fut consacré un mois et demi de tournage. On y voit le Général récupérer le drapeau national des mains d’un des agresseurs qui tente de se l’approprier (comme dans nombre de ses ultimes combats du passé).

[5] On peut d’ailleurs lire dans New York Times Film Reviews, (vol. 5, 3770) que le film tente de voir « …les guerres indiennes au travers d’une sensibilité contemporaine, et Custer comme un homme tout à fait moderne qui aurait apprécié Camus… ».

[6] Dans Custer, The Man, the Myth, the Movies, p. 68

Le début du film débute par un drôle de générique... puisque nous ne voyons que les noms des producteurs, de Robert Shaw et Mary Ure affichés à l'écran sans aucun autres acteurs ou artisans ne soient mentionnés.
Image
Image
Image
Image

Puis le titre du film...
Image

Ensuite, et ce durant trois minutes à l'écran, nous vivons quatre années de la guerre de Sécession où Custer et ses hommes chargent vers les canons des sudistes. Les scènes sont redondantes comme vous le remarquerez sur les captures d'images... heureusement qu'il y a l'affichage des années sinon j'avais l'impression que les combats se déroulaient la même journée et au même endroit... :shock:

Image
Image
Image
Image
Image
Image
Image

Ce western qui devait originalement réaliser par le grand metteur en scène japonais Akira Kurosawa met également en vedette les acteurs...

Ty Hardin dans le rôle du major Marcus Reno
Image

Jeffrey Hunter dans la peau du Capitaine Benteen
Image

Et l'acteur Robert Ryan qui interprète le rôle d'un déserteur du nom de Mulligan
Image

La fin du film est pour le moins décevant... la bataille finale à Little Big Horn est un pâle reflet de ce qui s'est réellement passé... la mise en scène de Siodmak manque cruellement d'imagination malgré de beaux efforts. L'action est inégale...
Image
Image
Image
Image

Qu'en pensez-vous ?

L..
Westerner
Westerner
Messages : 2260
Contact :

Re: Custer of the West

Messagepar L.. » 31 mai 2009 9:15

Le film appartient à ces productions qui à la suite des productions Bronston furent tournées en Espagne, sous la houlette de quelques apatrides ayant fui, dans le cas de Yordan, le MacCarthysme -il fondèrent le Studio de Daganzo, au sud est de Madrid, avec un village western.)

Du bon cinéma, pas du grand cinéma, pas à prendre trop au sérieux.

Les décors espagnols sont, entre autres classiques , ceux de Colmenar Viejo (Dehesa de Navalvillar, Manzanares El Real ) et Tabernas, ce "Custer" avait été diffusé sur les chaînes françaises, années 70 (c'est là où je l'avais découvert) et existe dans une vestion Z1 sous-titrée français, MGM. (Scope non anamorphique).

Avatar du membre
U.S. Marshal Cahill
Lawman
Messages : 21132
Localisation : au dessus de Strasbourg

Re: Custer of the West

Messagepar U.S. Marshal Cahill » 31 mai 2009 10:00

:applaudis_6: et merci, belle présentation Daniel

j'attends avec impatience le dvd US commandé sur DVD Pacific (avec la vostf)

Voici d'autres illustrations en complément : :horse:
ImageImageImageImageImageImageImageImageImage
Jeffrey HUNTER (4 photos suivantes) :
ImageImage ImageImageImageImageImageImage
ImageImage
ImageImage
ImageImageImage
CAHILL, UNITED STATES MARSHAL
ImageImageImage

L..
Westerner
Westerner
Messages : 2260
Contact :

Re: Custer of the West

Messagepar L.. » 31 mai 2009 12:08

Pour ceux que cela intéresse, j'ai mis des renvois sur Bernard Gordon, un des artisans du film, sur "D'une bibliographie spaghetti" (autobiographie de Gordon) et "Photos des lieux de tournage des Spaghetti Westerns" (lien sur le site "Estudios de Daganzo", fondés par Gordon et Yordan, disparus depuis 25 ans.

Avatar du membre
U.S. Marshal Cahill
Lawman
Messages : 21132
Localisation : au dessus de Strasbourg

Re: Custer of the West - Custer l'Homme de l'Ouest - 1967 - Robert Siodmak

Messagepar U.S. Marshal Cahill » 08 avr. 2011 18:55

:horse:

Image
CAHILL, UNITED STATES MARSHAL
ImageImageImage

Stéfanie
Westerner
Westerner
Messages : 2907
Localisation : Paris Dans le 91

Re: Custer of the West - Custer l'Homme de l'Ouest - 1967 - Robert Siodmak

Messagepar Stéfanie » 12 sept. 2011 19:21

Je regarde le film ce soir :D
Un sourire ne coûte rien et produit beaucoup.Il enrichit ceux qui le reçoivent, sans appauvrir ceux qui le donnent.

Stéfanie
Westerner
Westerner
Messages : 2907
Localisation : Paris Dans le 91

Re: Custer of the West - Custer l'Homme de l'Ouest - 1967 - Robert Siodmak

Messagepar Stéfanie » 13 sept. 2011 7:28

Bataille de Little Big Horn
a bataille de Little Big Horn (ou Little Bighorn, Custer's Last Stand - l'ultime résistance de Custer) s'est déroulée le 25 juin 1876 à proximité de la rivière Little Bighorn (affluent du Bighorn, un affluent du Yellowstone), dans le Montana.
Elle oppose les 647 hommes du 7e régiment de cavalerie de l'US Army du lieutenant-colonel George A. Custer à une coalition de Cheyennes et de Sioux rassemblés sous l'influence de Sitting Bull (Taureau Assis).
Le commandement des attaques au 25 juin est confié et mené par Crazy Horse (Cheval Fou), Gall et le chef cheyenne Lame White Man.
En 1874, George Armstrong Custer conduit une expédition d’exploration des Black Hills (Montana/Dakota), dans la réserve des Sioux Lakotas et y découvre des gisements aurifères.
Les autorités tentent d’abord d’endiguer la vague des chercheurs d’or, avant de chercher à acheter les Black Hills aux Indiens.
En septembre 1875, les négociations avec les Sioux échouent.
En novembre le général Terry lance un ultimatum au 31 décembre pour les chasser de leurs territoire, par la force si nécessaire. Au printemps 1876, plusieurs colonnes convergent vers les Indiens.
Image
Un sourire ne coûte rien et produit beaucoup.Il enrichit ceux qui le reçoivent, sans appauvrir ceux qui le donnent.

Avatar du membre
COWBOY PAT-EL ZORRO
Grand Sachem
Grand Sachem
Messages : 3568
Localisation : Val-de-Marne
Contact :

Re: Custer of the West - Custer l'Homme de l'Ouest - 1967 - Robert Siodmak

Messagepar COWBOY PAT-EL ZORRO » 13 sept. 2011 15:21

Très intéressant...Merci et pourvu que le film sorte en dvd Zone 2...J'ai pas de lecteur Zone 1!! :horse:
Image

Avatar du membre
U.S. Marshal Cahill
Lawman
Messages : 21132
Localisation : au dessus de Strasbourg

Re: Custer of the West - Custer l'Homme de l'Ouest - 1967 - Robert Siodmak

Messagepar U.S. Marshal Cahill » 13 sept. 2011 18:51

COWBOY PAT-EL ZORRO a écrit :Très intéressant...Merci et pourvu que le film sorte en dvd Zone 2...J'ai pas de lecteur Zone 1!! :horse:


à toutes fins utiles => viewtopic.php?f=9&t=12642&p=145729&hilit=dezoner#p145729
CAHILL, UNITED STATES MARSHAL
ImageImageImage

Avatar du membre
COWBOY PAT-EL ZORRO
Grand Sachem
Grand Sachem
Messages : 3568
Localisation : Val-de-Marne
Contact :

Re: Custer of the West - Custer l'Homme de l'Ouest - 1967 - Robert Siodmak

Messagepar COWBOY PAT-EL ZORRO » 13 sept. 2011 21:34

U.S. Marshal Cahill a écrit :
COWBOY PAT-EL ZORRO a écrit :Très intéressant...Merci et pourvu que le film sorte en dvd Zone 2...J'ai pas de lecteur Zone 1!! :horse:


à toutes fins utiles => viewtopic.php?f=9&t=12642&p=145729&hilit=dezoner#p145729



MERCI!! :wink:
Image

limpyChris
Séminole
Séminole
Messages : 1644

Re: Custer of the West - Custer l'Homme de l'Ouest - 1967 - Robert Siodmak

Messagepar limpyChris » 13 sept. 2011 21:38

Stefalou a écrit :
En novembre le général Terry lance un ultimatum au 31 décembre

Mais Sitting Bull et Crazy Horse ayant refusé cette année là de donner des étrennes à leur facteur, ils n'avaient donc pas reçu leur calendrier Oller, et loupèrent la date butoir de l'ultimatum. (Vous pourrez d'ailleurs vérifier, dans tous les westerns où l'on voit l'intérieur d'un tepee, très peu avaient un calendrier accroché au lining de la cuisine. Pourtant, les autorités blanches s'entêtaient à leur donner des ultimatums datés.)
Dans mon souvenir, la bataille de Little Big Horn est ici un peu pauvrement rendue, ce qui est regrettable, étant donné qu'il s'agit de la plus grande victoire navale des Indiens des Plaines.
Je suis un vieux Peau-Rouge solitaire qui ne marchera jamais en file indienne.

Avatar du membre
COWBOY PAT-EL ZORRO
Grand Sachem
Grand Sachem
Messages : 3568
Localisation : Val-de-Marne
Contact :

Re: Custer of the West - Custer l'Homme de l'Ouest - 1967 - Robert Siodmak

Messagepar COWBOY PAT-EL ZORRO » 13 sept. 2011 22:38

limpyChris a écrit :Stefalou a écrit :
En novembre le général Terry lance un ultimatum au 31 décembre

Mais Sitting Bull et Crazy Horse ayant refusé cette année là de donner des étrennes à leur facteur, ils n'avaient donc pas reçu leur calendrier Oller, et loupèrent la date butoir de l'ultimatum. (Vous pourrez d'ailleurs vérifier, dans tous les westerns où l'on voit l'intérieur d'un tepee, très peu avaient un calendrier accroché au lining de la cuisine. Pourtant, les autorités blanches s'entêtaient à leur donner des ultimatums datés.)
Dans mon souvenir, la bataille de Little Big Horn est ici un peu pauvrement rendue, ce qui est regrettable, étant donné qu'il s'agit de la plus grande victoire navale des Indiens des Plaines.


"Si y avait pas calendrier c'est parce que chef agacé squaw observant rugbymen cachant kiki avec ballon ovale,ou parce que squaw pas aimer guerrier avoir calendrier avant-avant dernière lettre alphabet Clara..."

(TEMOIGNAGE HISTORIQUE DU CHEF TÊTEDEVO GRAND CHEF DES SIOUX ALDENTEPATROKUI...)
Image

limpyChris
Séminole
Séminole
Messages : 1644

Re: Custer of the West - Custer l'Homme de l'Ouest - 1967 - Robert Siodmak

Messagepar limpyChris » 14 sept. 2011 21:32

Voici un détail méconnu qui apporte un éclairage différent à "Enterre Mon Coeur" de Dee Brown. :wink:
Je suis un vieux Peau-Rouge solitaire qui ne marchera jamais en file indienne.

Avatar du membre
Jicarilla
Grand Sachem
Grand Sachem
Messages : 7712
Localisation : nord-est

Re: Custer of the West - Custer l'Homme de l'Ouest - 1967 - Robert Siodmak

Messagepar Jicarilla » 15 sept. 2011 8:27

limpyChris a écrit :)
il s'agit de la plus grande victoire navale des Indiens des Plaines.


:lol: Touché coulé !!....LIMPY :horse: :sm57:

:sm80: Une belle tarte faite uniquement pour le spectacle du CINERAMA qui commençait à fléchir.
PARTI VERS D'AUTRES ESPACES Image

http://western-mood.blogspot.fr/

Avatar du membre
lasso
Grand Sachem
Grand Sachem
Messages : 5373
Localisation : oregon

Re: Custer of the West - Custer l'Homme de l'Ouest - 1967 - Robert Siodmak

Messagepar lasso » 15 sept. 2011 11:46

limpyChris a écrit :Stefalou a écrit :
la bataille de Little Big Horn est ici un peu pauvrement rendue, ce qui est regrettable, étant donné qu'il s'agit de la plus grande victoire navale des Indiens des Plaines.




pardonné, ceci était un faute de frappe de notre ami,

La force Navale a joué un rôle dans la bataille de Little Big Horn :horse:

lu dans le "Free souvenir issue" of CANADA TO MEXICO...Via Highway 83 vol 93, Spring 2011

le 17 mars 1876 Custer a démarré à Fort Abraham Lincoln près de Bismarck au North Dakota sa marche fatidique avec la 7ème Cavalerie
vers Little Big Horn.
Dix jours après Capitaine Marsh, avec son "River Boat" baptisé "FAR WEST", suivait Custer, chargé d'approvisionnements, nécessaire à
l'armée de Custer, en naviguant sur le Missouri vers la frontière du Montana, ou ils joignaient le Yellwstone River. En effet le "Far West"
était construit de telle façon, qu'il pouvait naviger même dans les rivières peu profondes. Le 7 juin ils ont rejoint Custer près de la bouche
du Powder River. A la bouche du Rosebud River "Far West" a attendu les ordres, puis a navigé vers le Little Big Horn, le 26 juin il était à quelques
11 milles du Battleground de Custer. Les Capitaines Reno et Benteen, rescapés de la bataille qui durait 36 heures avec les 52 soldats blessés
étaient embarqués sur le "Far West", avec le docteur Henry Porter, chirurgien de la septième cavalerie. "Comanche" un cheval fût le seul
survivant du groupe de Custer. Le capitaine Marsh du bateau a promis de faire le maximum pour naviguer les blessés en sécurité vers un hopital.

Avec les innondations et les pluies début juin 2011, les bords du Little Big Horn ont été endommagés.

Ceci pour un peu d'histoire moins connue. :sm76: :sm76:



Retourner vers « Les Westerns : critiques et illustrations de films »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 10 invités