La Loi de la Prairie - Tribute to A Bad Man - 1955 - Robert Wise

Voir tous les films critiqués
Règles du forum
Avant d'ouvrir un nouveau sujet de discussion, pensez à consulter la liste de tous les westerns critiqués sur ce forum

SVP : Pour les images larges et lourdes, utilisez IMG2 et non IMG pour faire une miniature. Pensez aux connexions lentes!
Avatar du membre
Yosemite
Grand Sachem
Grand Sachem
Messages : 4501
Localisation : Paris (Texas ?)

Re: La Loi de la Prairie - Tribute to A Bad Man - 1955 - Robert Wise

Messagepar Yosemite » 23 oct. 2014 21:38

Alors, dans cette histoire, il y a Jo... Ah, Jo ! :roll:
Jo, c'est Jocasta Constantine (Irene Papas) belle, bien plus jeune que son Rodock de mari, tantôt espiègle quand elle taquine le jeune Steve pour qui on la sent éprise d'une tendre affection, tantôt tragique quand elle pousse le même Steve à mettre les bouts et quitter cette terre, finalement, aride de vie humaine. C'est un très beau moment que celui où elle le mets en garde contre cette fièvre qui pousse des hommes à en pendre d'autres. Eplorée, elle le conjure de se trouver une autre terre, une autre femme aussi manifestement (l'expression "gentille femme" est ici à comprendre comme "une femme pas comme moi" à mon avis).
Image
Quant au "métier décent" qu'en dire ? Jo vit auprès de Jeremy et au milieu des chevaux ! Ils sont seuls en fait, riches mais seuls. Les hommes qui vivent auprès d'eux sont des employés, ils font leur boulot, l'un d'eux joue de l'ocarina pour tuer le temps, un autre ne cesse de jouer avec son couteau pour tuer... ses envies, un troisième enfin (Mac) fera un pas de trop en direction de Jo pour les satisfaire (ses envies...).
Viré qu'il sera. Viré après s'être fait casser la figure par Rodock dans une bagarre très singulière où ce dernier prévient que quand il se bat, il est méchant !
Image
Image
Et en effet, tout court qu'il est Jeremy, c'est avec ses coudes qu'il assènera des coups au jeunes présomptueux. Et ça payera, autant vous le dire tout de suite.
Quand je vous disais qu'il ne rigole pas le maître des lieux !
Yo.

Avatar du membre
Yosemite
Grand Sachem
Grand Sachem
Messages : 4501
Localisation : Paris (Texas ?)

Re: La Loi de la Prairie - Tribute to A Bad Man - 1955 - Robert Wise

Messagepar Yosemite » 23 oct. 2014 21:51

Pour revenir un instant à Jo, il y a plusieurs scènes durant lesquelles elle doit rassurer Jeremey Rodock qu'elle ne va pas le quitter.
Image
Et lorsque celui-ci a entendu de la bouche de sa belle qu'elle ne le quitterait pas, le voila tout attendri et un brin enfantin.
Dans ces moments, j'ai eu l'impression que Rodock était en face de la seule créature de sa vie qu'il ne dominait pas finalement. En fait, j'ai eu l'impression que par trop d'insistance, se constituait finalement un discours très ambigu de sa part qui signifiait quelque chose comme : "Pars Jo, pars d'ici, mais ne me quitte pas".
Comme s'il se faisait mal de se répéter qu'elle avait rencontré des hommes avant lui et que, sans doute eu égard de leur différence d'âge, elle en rencontrerait après lui. A la limite, j'ai parfois eu l'impression qu'il la poussait à partir.
Pour autant, il finit par se réconforter dans les mots de sa belle, sonnant comme de biens éphémères promesses, qui lui promet de demeurer près de lui.

La fin du film est à ce titre une merveille d'aboutissement, car elle ne fait que choisir entre le vrai et le faux de ces promesses maintes fois entendues et tacitement soutirées par Rodock.
S'il s'agissait de déterminer qui a de l'emprise sur l'autre dans ce couple cela pourrait occasionner de longs débats me semble-t-il. Pas si évident que ça...

C'est toute la qualité et du scénario et de l'interpétation et, pour sûr, de la réalisation qui mènent à une telle richesse.
Yo.

Avatar du membre
Yosemite
Grand Sachem
Grand Sachem
Messages : 4501
Localisation : Paris (Texas ?)

Re: La Loi de la Prairie - Tribute to A Bad Man - 1955 - Robert Wise

Messagepar Yosemite » 23 oct. 2014 22:12

Un plan tout à fait remarquable ai-je trouvé. A cet instant, Jo est en train de rédiger une lettre au nom du jeune Steve et à l'attention de la mère de ce dernier.
Image
Il s'agit d'une scène qui a démarré avec un peu d'espièglerie, Jo prenant un léger ascendant sur Steve en le taquinant tout gentiment sur les choses de la vie (Elle se dit flattée d'écrire en anglais pour lui, présume que c'est pour son amoureuse... et en apprenant que c'est pour sa mère elle s'étonne que les cowboys en aient une, pensant - dit-elle - qu'ils poussaient non pas dans les choux mais sur leur selle !).

Un moment très intime, durant lequel on sent que les deux personnages se rapprochent du fond du coeur.
La mère absente de l'homme faisant vraisemblablement écho à l'absence de maternité de la femme.

Et ce n'est pas si anodin que la fin de cette rencontre se finisse, plus tragiquement sur ces propos de la part de la généreuse Jo :
Image
Image

Pour revenir au plan évoqué en premier lieu, il est à mettre, me semble-t-il, en rapport avec celui du post précédent.
Sur ce dernier, il y a Rodock et Jo, proches certes, mais dans un cadre de grisaille boisée qui ne respire en rien le "home sweet home". On a l'impression de les voir dans une cabane au fin fond de nulle part.

Ici, tout au contraire, les couleurs sont chaudes, la lumières quoi que plus atténuée est toute en nuance, le cuir du fauteuil et le feu dans l'âtre donnent envie de se blottir tendrement. Pourtant, pourtant, au coin du feu il n'y a personne. Jo lui tourne le dos et le fauteuil moelleux est vide.
La vie n'est tout simplement pas apparue dans cette maison.
Et Steve, tout beau et tout jeune qu'il puisse être, n'y changera rien.
Yo.

Avatar du membre
Yosemite
Grand Sachem
Grand Sachem
Messages : 4501
Localisation : Paris (Texas ?)

Re: La Loi de la Prairie - Tribute to A Bad Man - 1955 - Robert Wise

Messagepar Yosemite » 23 oct. 2014 22:27

Ce western est, tout comme le magnifique "Shane" (L'homme des vallées perdues), tiré d'une nouvelle de Jack Schaefer.
Toute cette beauté n'est pas non plus, comme dirait Jeremy Rodock, le fruit du hasard ! :num1
Yo.

Avatar du membre
Abilène
Grand Sachem
Grand Sachem
Messages : 3558
Localisation : Moulins (Allier)

Re: La Loi de la Prairie - Tribute to A Bad Man - 1955 - Robert Wise

Messagepar Abilène » 31 oct. 2014 21:43

Image

Avatar du membre
lasbugas
Grand Sachem
Grand Sachem
Messages : 10663
Localisation : TOULOUSE
Contact :

Re: La Loi de la Prairie - Tribute to A Bad Man - 1955 - Robert Wise

Messagepar lasbugas » 23 nov. 2014 18:02

Image
Image

Avatar du membre
lafayette
Grand Sachem
Grand Sachem
Messages : 6075
Localisation : Landais expatrié dans le 91

Re: La Loi de la Prairie - Tribute to A Bad Man - 1955 - Robert Wise

Messagepar lafayette » 26 févr. 2015 2:27

J'ai revu ce film que j'avais un peu perdu dans ma mémoire. J'ai passé un bon moment, mais ne serai pas aussi enthousiaste que Yo et d'autres amateurs, dans la mesure où ce film nous révèle bien que le monde des cowboys qui nous fait rêver n'est constitué que d'une bande de pénibles qu'ils soient du bon ou du mauvais côté! :sm57:
Le seul personnage posé du film est Mme Peterson dans un petit rôle joué par Jeanette Nolan dont j'ai bien apprécié la présence dans ses petites scènes.
J'ai bien aimé aussi Vic Morrow qui joue son fils qui, après avoir reproché à son père de lui avoir dit avoir trouvé les chevaux alors qu'il les avait volés, fera tout comme une tête de mule pour suivre son exemple. Mais il le joue bien.

Tout d'abord, entre en scène un jeune homme qui m'a fait penser à Tintin sauf que lui il tombe amoureux de la première femme qu'il voit, laquelle vit avec le grand proprio éleveur de chevaux. C'est assez mal venu. Il fait un peu gnagna jusqu'à la fin du film.

Le dit propio lui bat les records de tête de mule imité en celà par un concurrent son second dans le ranch.
Le premier c'est Cagney qui campe naturellement ce têtu qui finira par déposer les armes, un peu comme un continent qui finit par écouter la Grèce.
Le second c'est Mc Nally qui n'est pas ma tasse de thé vu sa mine de faux jeton, qu'il joue d'ailleurs bien dans ce film.
Eux aussi sont comme le loup des dessins animés de Tex Avery, à tirer la langue devant la dame convoitée universellement, jouée par une belle Irène Papas.
On l''affuble d'un prénom Jocasta qui m'a fait penser à Jacasse, et c'est vrai qu'elle cause beaucoup et ne sait pas trop ce qu'elle veut dans le film. Franchement après une scène où elle dit au proprio Roddock/Cagney qu'elle ne le quittera jamais avec tout le bien qu'il a fait pour elle et le foyer qu'il lui a offert, une scène suivante, elle casse du sucre sur le dos de ce dernier en émoustillant le jeunot et quand je dis le sucre, c'est la boîte entière...

Car enfin elle s'énerve au sujet d'une simple et banale pendaison alors que le pendu est non seulement voleur de chevaux mais un assassin qui a tué un homme de Roddock et a essayé de tuer ce dernier aussi avant que le jeune homme ne se pointe bien à propos. Il ne s'agit pas d'un lynchage dans une ville dotée de Shérif ou Marshall puisque l'action se passe dans un pays neuf sans organisation citoyenne. Et la belle est au courant quand elle vient dans le ranch... Alors de quoi se plaint-elle?
Elle veut filer avec le jeunôt plutôt qu'avec l'indélicat second, un peu comme la demoiselle du Titanic qui choisit le jeune et meilleur nageur!
Et puis il suffit de lui rapporter des bijoux pour qu'elle revienne dans le giron du vieux proprio. A ce train là, on imagine qu'elle héritera vite! ;)

Bon allez, c'est un bon film quand même! :sm57:

Il aurait été franchement meilleur si on nous avait laissé un peu plus Lee Van Cleef, pour une fois en cowboy honnête serviteur!
Merci à Royal Dano de nous avoir joué un peu de guimbarde!
Je suis un nouvel abonné.

Avatar du membre
COWBOY PAT-EL ZORRO
Grand Sachem
Grand Sachem
Messages : 3492
Localisation : Val-de-Marne
Contact :

Re: La Loi de la Prairie - Tribute to A Bad Man - 1955 - Robert Wise

Messagepar COWBOY PAT-EL ZORRO » 26 févr. 2015 17:34

Mon grand-père paternel me l'avait enregistré en VF sur TCM vers 2004 et je dois dire que personnellement je l'ai bien aimé...Mais pour moi aussi cela est désormais un peu lointain. J'ai acheté le dvd TCM avec VOST seule et pas encore vu..
Image


Arizona Kid
Cowboy
Messages : 56
Localisation : Marseille, France

Re: La Loi de la Prairie - Tribute to A Bad Man - 1955 - Robert Wise

Messagepar Arizona Kid » 17 mars 2017 15:13

Hello, old fellows icongc1

Je n'ai pas été très actif sur le forum depuis le début de l'année...
A vrai dire, même si j'y lisais beaucoup de sujets dans le cadre de mes recherches sur le western, le temps et le coeur à y contribuer me manquaient, pour cause de problèmes familiaux et du récent décès de ma grand-mère maternelle suite à une longue maladie...

Malgré tout, j'ai continué à acheter et à découvrir des westerns, surtout depuis que, le mois dernier, je me suis enfin décidé à brancher ce fichu décodeur Orange après avoir traînassé durant un an pour installer la rallonge de câble Ethernet qui m'était nécessaire...
Or, à présent que c'est fait, je ne décolle pratiquement plus de ma TV, passant la plupart de mon temps libre scotché devant TCM, Paramount Channel, Ciné + Classic ou encore OCS Géants :sm57:

Voici donc quelques titres que j'ai pu découvrir grâce à la programmation fabuleuse (et aux diffusions multiples) de ces chaînes magiques pour tout cinéphile qui se respecte:

-LE TRESOR DES SEPT COLLINES (1961) de Gordon Douglas, avec Clint Walker et un Roger Moore mal dégrossi, bien avant les années 007 ;

-LES DEUX CAVALIERS (1961) de John Ford, avec James Stewart et Richard Widmark (un western très honorable en dépit de la piètre opinion qu'en avait Ford lui-même) ;

-LES CONQUERANTS (1940) de Michael Curtiz, avec Errol Flynn et Olivia De Havilland, très beau western en Technicolor que je désespérais de voir un jour pour cause de DVD encore honteusement inédit dans notre verte contrée... : énervé ;

-DJANGO (1966) , le seul, le bon, le vrai, celui de Sergio Corbucci, avec Franco Nero, ses yeux bleus et son cercueil- mitrailleuse ;

-DJANGO, SARTANA, TRINITA ET LES AUTRES (2015) , un excellent documentaire français consacré au western-spaghetti et à son impact sur le genre en général...

Et enfin, ce matin, en feuilletant " Télé Câble Sat " , cette LOI DE LA PRAIRIE signée Robert Wise et édictée dans les salles en 1956, western dont je n'avais encore jamais entendu parler et que j'ai donc visionné pour l'occasion sur Ciné + Classic.

Un western fort intéressant, qui bénéficie d'une excellente composition de James Cagney (remplaçant de Spencer Tracy pour cause de maladie de ce dernier) dans le rôle d'un propriétaire terrien despotique, adepte de la corde et de la justice expéditive ; Cagney, que je ne connaissais jusqu'alors que dans ses rôles mythiques de gangster à mitraillette-camembert dans les polars noirs de la Warner des années 30-40 (L'ENNEMI PUBLIC, LES FANTASTIQUES ANNEES 20, L'ENFER EST A LUI) .

Le bonhomme nous apparaît ici quelque peu empâté et blanchi sous le harnais, et quelques kilos sont venus alourdir une silhouette cependant toujours preste dès qu'il s'agit de distribuer des torgnoles et autres mornifles aux imprudents qui ont l'audace de contester son autorité ou, trahison suprême, de regarder d'un peu trop près les chevaux de son cheptel... :sm58:

Cette interprétation de James Cagney m'a immanquablement évoqué -dans une moindre mesure toutefois- l'impitoyable rancher campé par le Duke dans LA RIVIERE ROUGE (1948) de Raoul Walsh.
La scène au cours de laquelle Cagney force ses anciens employés, voleurs de chevaux, à marcher pieds nus des heures durant, jusqu'à ce qu'ils aient les orteils en sang, est un grand moment de cruauté.
Une scène qui, du reste, n'est pas sans me rappeler un passage similaire du BON , LA BRUTE ET LE TRUAND (1966) de Sergio Leone, où cette crapule de Tuco (Eli Wallach) obligeait l'Homme-Sans-Nom (Clint Eastwood) à avancer dans le désert sous un soleil brûlant, sans jamais lui donner à boire...

Au côté de James Cagney, j'ai découvert l'actrice grecque Irène Papas, que je ne connaissais absolument pas; une très belle brune, que j'ai d'abord prise pour Julia Adams (l'une de mes actrices favorites des années 50) , tellement la ressemblance entre les deux comédiennes est saisissante :mrgreen:

Concernant la mise en scène, je trouve que Robert Wise (excellent artisan touche-à-tout du glorieux cinéma hollywoodien, qui signa des films aussi différents que LE JOUR OU LA TERRE S'ARRETA, LA MAISON DU DIABLE ou encore LA MELODIE DU BONHEUR) livre ici une réalisation soignée, sobre et efficace, qui sied agréablement à ce western que je qualifierais volontiers de " psychologique ", dénué de grosses fusillades ou d'énergiques chevauchées, essentiellement filmé en pleine nature.

Seul petit reproche (mais c'est vraiment histoire de pinailler) , cette affreuse transparence lors de la scène finale, qui voit le jeune pied-tendre idéaliste (Don Dubbins) et Jocasta (Irène Papas) partir en tilbury: difficile de ne pas " griller " la vue filmée par une voiture-travelling, le paysage d'arrière-plan défilant beaucoup trop rapidement par rapport au rythme de la calèche qui semble plutôt avancer au petit trot...
:sm69:

Notons en outre un happy-end déconcertant, puisque la belle Jocasta qui, durant tout le film, n'a cessé d'espérer quitter le ranch du tyrannique Cagney, finit par faire demi-tour pour se jeter dans les bras de celui-ci (aaaah, l'amûûûûr... :shock: )

Pour terminer, je dirais que j'ai passé un excellent moment devant cette découverte " westernienne " , que je me suis empressé de noter sur ma (longue) liste de DVD à acheter (film disponible dans la très bonne Collection Warner-TCM) icongc2

Je tâcherai de faire mon possible afin d'être un peu plus présent sur le forum à l'avenir ; d'ici là, je vous souhaite à tous une bonne continuation, en souhaitant longue vie à WESTERN MOVIES !! :sm40:



Retourner vers « Les Westerns : critiques et illustrations de films »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : chip et 8 invités