Le Western muet : Un aperçu chronologique 1903 - 1929

Le western au travers de ses thématiques, de classements de films, ...
persepolis
Sioux à l'oeil de Linx
Sioux à l'oeil de Linx
Messages : 515
Contact :

Re: Le Western muet : Un aperçu chronologique 1903 - 1929

Messagepar persepolis » 07 oct. 2016 9:31

belle présentation, beaucoup d'infos, bravo Hombre. :applaudis_6:

Avatar du membre
yves 120
Grand Sachem
Grand Sachem
Messages : 4658
Localisation : antibes juan les pins " capital du jazz "

Re: Le Western muet : Un aperçu chronologique 1903 - 1929

Messagepar yves 120 » 07 oct. 2016 10:57

Ce que j ' apprécie chez Hombre c 'est qu'il est talentueux , modeste et ce pour des tonnes de raisons
que l 'on perçoit dans ses écrits sur ce forum :num1
" Qu' est - ce qu 'un revolver ? Ni pire ni mieux qu 'un autre outil , une hache , une pelle ou une pioche .
Qu 'il en sorte du bien ou du mal dépend de qui s'en sert . " SHANE

Avatar du membre
Hombre
Westerner
Westerner
Messages : 2498

Re: Le Western muet : Un aperçu chronologique 1903 - 1929

Messagepar Hombre » 20 oct. 2016 18:16

Année 1910 (suite)



Gilbert M. « Broncho Billy » Anderson réalise et interprète Broncho Billy's Redemption et crée
Broncho Billy, il tournera 148 courts-métrages sous les traits de ce même personnage qui le rendra célèbre.
Il ne s'arrête plus, il tourne très vite, 5 à 6 films par semaine ce qui lui fera dire « on ne
changeait pas de scénario, on changeait simplement de cheval ».


Image


_________________________________________
Broncho Billy's Redemption
_________________________________________
« Un voleur de bétail recherché risque la prison en aidant un éleveur malade et sa fille.
Il l'amène en ville chez le médecin, il est reconnu et arrêté. »
IMDb.

Fiche Technique :
Réalisateur : Gilbert M. « Broncho Billy » Anderson
Scénario : Gilbert M. « Broncho Billy » Anderson
Production : Essanay Film
Durée : 290 mètres (1 bobine)
Lieu de tournage : Chicago. El Paso.

Distribution :
Gilbert M. « Broncho Billy » Anderson : Broncho Billy
Clara Williams : Millie Merril
Franklin Hall
Chick Morrison

Clara Williams et Chick Morrison :
Image.Image


_______________________________________________________________________________




Bison Life Motion Picture


La Bison est fondée par Adam Kessel, Charles Bauman et Fred Balshofer en mai 1909, à New Jersey.
Le studio se spécialise dans la production de westerns à 1 bobine, devenant ainsi un des pionniers
du genre.

Adam Kessel, Charles Bauman et Fred Balshofer :
Image.Image.Image


Obtenant un grand succès avec ses westerns la Bison envoie Fred Balshofer à Edendale, Los Angeles,
où il aménage un studio : « comprenant une écurie, une piste truquée , une forêt avec des broussailles
et rochers, une scène en plein air large de 6 mètres environ et de la même longueur, avec des
poteaux en bois plantés de deux côtés, pour y suspendre des toiles de fond en guise de décor ».

Balshofer se souviendra plus tard des scènes qu'il tournait aux alentours d'Echo Park et Hollywood,
« des chevauchées dans les chemins sinueux des collines d'Hollywood », et aussi de la découverte
« d'un beau site aux collines boisées, idéal pour tourner des films de l'Ouest. C'était seulement
à quelques milles de notre studio, et nous y avions mis en place un village indien ».

Fred Balshofer s'est entouré des réalisateurs Francis Ford, Allan Dwan, Thomas H. Ince, George
Marshall, Otis Turner...

Francis Ford, Allan Dwan, Thomas H. Ince et George Marshall :
Image.Image.Image.Image


Charles K. French réalisa quelques 185 films avec la collaboration de Fred Balshofer.

Charles K. French :
Image


Les scenarii ne se différenciaient pas trop entre eux. Le réalisateur Robert Florey nous dit à ce propos
« Bien souvent monsieur French commençait une bande au petit jour. Pour débuter par l'attaque de la
malle-poste. Un rescapé prévenait le shérif qui ne tardait pas à châtier les méchants indiens ou les
outlaws farouches qui n'avaient même pas eu le temps de se partager le butin. A 5 heures du soir,
tout était dit. Les voyageurs avaient retrouvé leurs bagages, le cocher sa diligence, le postier ses
lettres, et les figurants touchaient leur chèque. »


Les équipes de la Bison ont utilisé les paysages et ranchs qui entouraient les studios pour des courses
poursuites à cheval, fusillades, et attaques de diligences qui étaient un des point forts du genre western.

Quelques années plus tard Thomas H. Ince remplace Balshofer à la direction de la Bison.
Après avoir engagé la troupe du cirque californien Ranch 101, la compagnie signe ses productions sous
le nom de Bison 101.

En 1912, la compagnie fusionna avec d'autres sociétés et devint l'Universal.


_________________________________________
The Mexican's Jealousy
_________________________________________

Fiche technique:
Réalisateur : Fred J. Balshofer
Image : Fred J. Balshofer
Production Bison Motion Picture
Durée : 275 mètres (1bobine)

Fred J. Balshofer :
Image


Distribution :
Red Wing
J. Barney Sherry

Red Wing et J. Barney Sherry
ImageImage


Une scène de The Mexican's Jealousy :
Image
Photo : IMDb


Dix titres parmi la centaine tournés par Balshofer durant l’année 1910 :

The Cowboy and the Schoolmarm; The Indian and the Cowgirl avec James Young Deer, Red Wing.
Red Wing’s Constancy avec Red Wing, Charles K. French.
Young Deer’s Gratitude; A Redman’s Devotion avec James Young Deer.
A Cheyenne’s Love for a Sioux avec Franck Montgomery et Mona Darkfeather.
A Ranchman’s Simple Son avec E. H. Allen, Charles Avery.
Perils of the Plains avec J. Barney Sherry, Charles Avery
A Red Girl's Romance avec Red Wing
The Female Bandit.


The Cowboy and the Schoolmarm :
Image

The Indian and the Cowgirl :
Image

Red Wing’s Constancy :
Image


Young Deer’s Gratitude :
Image
Photos : IMDb



________________________________________
The Cowboy and the Squaw
________________________________________
"Tom Ripley, un cowboy du Circle A ranch, s’attire la haine de Jim Simpson, un autre cowboy,
lorsqu'il prend la défense de Lightfeather, une jolie squaw insultée par ce dernier.
La scène se produit dans le salon Silver Dollar à Bisbee.
Quelques jours plus tard, Lightfeather va dans le cabanon de son protecteur et lui fait don
d’une paire de mocassins fins pour le remercier. Tom, lui en est reconnaissant, et, il conseille
à la jeune indienne de ne pas hésiter à tirer, si elle est à nouveau importunée.
Peu de temps après, on assiste à un combat entre Simpson et Ripley près de la plage au bord
d'un précipice . Au cours de la bagarre, Ripley est poussé du haut de la falaise, et s'écrase
sur les rochers. Son cheval s'enfuit au galop, il est reconnu par Lightfeather, qui l'arrête ,
le monte , puis suit la piste jusqu’ au sommet ou elle trouve son ami blanc qui gît inanimé.
Non sans mal, elle réussit à le remonter, et à le ramener dans son cabanon pour le soigner.
Simpson…"
Moving Picture World Synopsis. IMDB.

Fiche Technique :
Réalisateur : Gilbert M. « Broncho Billy » Anderson
Scénario : Gilbert M. « Broncho Billy » Anderson
Production : Essanay Film
Durée : 11 minutes. 285 mètres (1 bobine)
Lieu de tournage : El Paso, Texas.

Gilbert M. « Broncho Billy » Anderson :
Image
Photo : Winners of the West. Kalton C. Lahue.


Distribution :
Gilbert M. « Broncho Billy » Anderson : Le cowboy
Clara Williams : Lightfeather
Fred Church : Le barman
Chick Morrison
John O’Brien
Clara Williams :

Clara Williams :
Image
Photo : Silent Hollywood.


Fred Church et Chick Morrison :
Image.Image



« Broncho Billy » Anderson dans un de ses westerns non identifié :
Image
Photo : The Strong Silent Type. Buck Rainey.


__________________________________________________________________________________




Un pionnier :

Image


Hobart Bosworth (1867-1943)

Hobart Bosworth fut un pionnier exemplaire du cinéma muet. Il a mené une vie aventureuse
comme beaucoup de gens de cette époque. Fils de marin, après le décès prématuré de sa mère,
son père se remarie et ne s'entendant pas avec sa belle mère, il prend le large à l'âge de 12 ans.
D'abord il est garçon de cabine sur un clipper, puis il sillonne l'Arctique sur un baleinier. Quelque
temps après on le retrouve à San Francisco où il exerce des petits boulots. Il a été aussi lutteur,
boxeur et devient cavalier émérite en travaillant comme vacher dans un ranch du sud de la
Californie et au Mexique. Mais son véritable intérêt c'est la peinture et pour pouvoir se payer ses
études il se fait embaucher en tant que régisseur par The California Theatre. Ensuite, toujours
avec l'idée de se faire de l'argent on le trouve poussant un wagon dans les mines d'argent de Park
City, dans l'Utah.

A 20 ans, c'est un bel homme d'un mètre quatre-vingt dix, aux yeux bleus et aux longs cheveux blonds,
il est acteur et interprète Macbeth, selon son propre aveu le plus drôle ou le plus mauvais. Il laisse
de coté son activité théâtrale pour accompagner le magicien Hermann the Great à travers le Mexique.
Il revient sur New York et travaille pendant dix ans avec le dramaturge Augustin Daly parcourant l'Europe,
Berlin, Cologne, Londres, Paris... Après toutes ces années d'activité intense il doit renoncer à sa carrière
d'acteur car il est déclaré tuberculeux. Son temps libre lui laisse le loisir de se consacrer à la lecture et
à la peinture.
Néanmoins Il essaye de poursuivre son travail lorsque son état de santé le lui permet.
Il met fin à sa carrière d'acteur de théâtre lorsqu'il perd sa voix.

L'inattendu se produit, contre toute attente il voit qu'il peut continuer à faire l'acteur dans une nouvelle
expression, le cinéma muet. En 1908 déménage à San Diego à la recherche d'un climat plus clément pour
sa santé, c'est là que la Selig le repère et l'engage pour un tournage, ce sera le début d'une nouvelle
carrière.
Pour la Selig il écrira 112 scenarii et produira 84 films.
Il sera un pionnier du genre western et une star dans les années 1910.
En 1913 il fonde sa propre compagnie, la Hobart Bosworth Production Co. Il adapte et produit plusieurs
romans de son auteur préféré Jack London et l'engage même pour jouer un marin dans Les Loups des Mers,
se réservant le rôle de Wolf Larsen.

Jack London en 1903 :
Image

En 1916, sa compagnie a été absorbée par la Paramount.
Il continue sa carrière avec succès dans les années 1920.
Entre temps il a récupéré sa voix et a pu négocier ainsi le passage du muet au cinéma sonore.
Il a été actif jusqu'à la fin de sa vie.

Hobart Bosworth dans King of the Sierras (1938) de Samuel Diege, Arthur Rosson :
Image


_________________________________________
Davy Crockett
_________________________________________
Avec un scénario similaire au film de Fred J. Balshofer Davy Crocket-In Hearts United sorti en 1909,
Francis Boggs relate l'histoire fictive de la vie de Crockett où il sauve son amour juste avant qu'elle n'épouse
son rival. Le film se termine avec Crockett et sa petite amie à cheval au loin. Source : Wikipedia.


Fiche technique :
Réalisateur : Francis Boggs
Production : Selig Polyscope Companyelle
Durée : 300 m (1 reel)

Distribution :
Hobart Bosworth
Betty Harte
Tom Santschi

Hobart Bosworth, Betty Harte et Tom Santschi :
Image.Image.Image



___________________________________________________________________________________




Arthur C. Miller (1895 – 1970)


Image
Photo : One Reel a Week de Fred J. Balshofer et Arthur C.Miller.


Arthur Charles Miller a été un vrai pionnier de la photographie . Il commence sa carrière dans le
cinéma à 13 ans. Il travaille à ce moment là pour un marchand de chevaux, lorsque quelqu'un le
remarque sur son cheval et lui propose de l'embaucher pour faire la même chose dans les tournages
de films. Il fait la connaissance du réalisateur Fred J. Balshofer. Ils deviennent amis et le resteront
toute leur vie.
En 1909, commence comme assistant réalisateur – caméraman de Fred Balshofer dans The True
Heart of an Indian
pour la Bison.
En 1914 est le cameraman de la célèbre série Les exploits d'Elaine ( The Perils of Pauline).
En 1916, il travaille pour le réalisateur George Fitzmaurice dans New York. Leur collaboration durera
neuf ans, ils tourneront 33 films au total. Il trouve en George Fitzmaurice le réalisateur idéal, qui lui
laisse le champ libre, lui permettant ainsi d'expérimenter de nouvelles méthodes photographiques
et de se perfectionner dans sa spécialité.
Dans les années 20 travaille notamment avec le producteur Samuel Goldwin, les réalisateurs Paul Sloane
et Cecil B. DeMille.
En 1932 signe la photo de Me and My Gal, de Raoul Walsh.
Plus tard collabore avec John Ford dans Qu'elle était verte ma vallée (1942) film pour lequel il obtient
son premier Oscar sur les trois qu'il a eu. Miller dira de Ford « J'ai aimé travailler avec lui plus qu'avec
quiconque. Vous n'échangiez pas plus de 50 mots dans la journée, mais la communication passait si bien
que vous pouviez sentir vraiment ce qu'il voulait » Le paradoxe est que Miller n'a jamais photographié
ne serait-ce qu'un seul western de John Ford.
Cependant, c'est dans un film de William A. Wellman L'étrange Incident (The Ox-Box Incident) qu'il
nous laisse l'une des plus belles réussites du genre western, en tant que directeur de la photo, évidemment.
L'exploit consistait à représenter en studio l'action du film se déroulant du crépuscule au lever du soleil.
Miller était une des personnalités les plus influentes du cinéma, un maitre de la photographie, admiré par
ses pairs. C'était un perfectionniste, allant jusqu'à cirer les meubles et boiseries pour obtenir l'aspect brillant
qu'il recherchait.
Arthur C. Miller prend sa retraite en 1951 après un dernier film de Joseph Losey.
Source : IMDb, Wikipédia, One Reel a Week de Fred J. Balshofer et Arthur C. Miller.

Miller dans le laboratoire de la New York Motion Picture Company en 1909, à l'âge de 14 ans :
Image
Photo : One Reel a Week de Fred J. Balshofer et Arthur C.Miller.



________________________________________________________________________________




Divers


Un soir de cette année 1910, Thomas Harper Ince, un acteur de théâtre qui avait du mal à joindre
les deux bouts, voit descendre d'une limousine Joseph (John) Smiley, un vieil ami acteur. Celui-ci
lui raconte qu'il gagnait très bien sa vie, en jouant dans des films pour l'Independent Motion Picture. L'invite
à venir au studio, il est embauché dans l'immédiat dans un film en cours de réalisation...
Modifié en dernier par Hombre le 24 févr. 2017 21:31, modifié 5 fois.

Avatar du membre
Hombre
Westerner
Westerner
Messages : 2498

Re: Le Western muet : Un aperçu chronologique 1903 - 1929

Messagepar Hombre » 06 nov. 2016 15:53

Année 1911



Thomas H. Ince (1882 – 1924)


Image


Thomas Harper Ince est né dans une famille d'acteurs et à 15 ans fait ses débuts à Broadway,
où il se produit dans des petits rôles comme acteur, chanteur et danseur, il y joue dans une
pièce avec un acteur déjà connu, William S. Hart.Il créera une compagnie théâtrale nommée
Thomas H. Ince and His Comedians, qui fut malheureusement un échec.
En 1910, Ince travaille d'abord comme acteur au cinéma pour la BiographCompany où il fit
la connaissance de Griffith.Cependant Ince est rapidement attiré par la mise en scène mais
voyant qu’il ne pouvait y réaliser de films, il se tourne la même année vers la Independent
Motion Picture fondée par Carl Laemmle. Là, il est toujours acteur, on ne lui confie pas encore
le statut de directeur. Son jour de chance arrive lorsqu'un réalisateur tombe malade, il convainc
Laemmle de le prendre à l’essai. Il retravaille le scénario du film en cours qui lui semblait trop
simple et le boucle et en un temps record.
Carl Laemmle est impressionné et l'envoies en expédition à Cuba avec 70 personnes, il est chargé
de diriger le film avec Mary Pickford et Owen Moore, qui s’étaient mariés en secret. Nonobstant,
cette expédition subit de telles mésaventures qu'Ince en sortira malheureux.
Sa préférence va au genre western et l'un de ses thèmes de prédilection est la guerre civile.
Il part s'installer à Edendale et rompt au bout d'un an avec Laemmle.
Il débute en 1911sa collaboration avec la Bison dans le but de tourner des westerns.

Inceville :

Image


En 1912 Ince construit à Santa Inez Canyon son premier studio de cinéma, plus connu sous le
nom d'Inceville. « On y construisit un vaste studio, des plateaux, des décors en plein air, des
bureaux et des maisonnettes pour les membres de la troupe, les cowboys et les Indiens ».
Il engage la troupe 101 Ranch and Wild West Show originaire de l'Oklahoma. Leur arrivée
par le train, est spectaculaire : "300 cowboys et cowgirls, 600 chevaux, bovins et autres animaux,
plus une tribu de 200 Sioux qui installent leurs tipis sur la propriété."
Ils s'appelleront désormais
The Bison-101 Ranch Co et se spécialiseront dans la production de westerns.

Le 101 Ranch, en 1913 :

Image

En 1913 Ince produit The Battle of Gettysburg d'une longueur de 5 bobines.
Cette année Ince se consacre à la production et confie la réalisation à Francis Ford et son frère John,
Jack Conway, William Desmond Taylor, Reginald Barker, Fred Niblo, Henry King et Frank Borzage.

En 1914 il produit le premier des westerns de son ami William S. Hart, The Bergain (Le
serment de Rio Jim) dirigé par Reginald Barker. Deux ans plus tard il produira ce qu’on considère comme
le premier grand western, The Aryen (Pour sauver sa race).

En 1915 il fonde la The Triangle Motion Picture Company avec D.W. Grifitth et Mack Sennett. En 1918
vend ses actions à Griffith et Sennett.
Ince est mort dans le yacht de Randolph Hearst dans des circonstances qui ont fait couler beaucoup
d'encre à l'âge de 44 ans.

Thomas Harper Ince est considéré comme le « père » du genre western lui donnant ses lettres de noblesse.
« Il a eu le mérite inestimable de conduire le cinéma vers les grandes espaces, d’anoblir le film d’action
et de doter le cinéma américain d’un genre de création qui demeure sa gloire »
Charles Ford.

Ince et le chef sioux William Eagleshirt :
Image



_______________________________________________
The Stampede
_______________________________________________
Film considéré perdu.

Fiche technique :
Réalisateur : Thomas H. Ince
Scénario : Thomas H. Ince
Production : Independent Moving Pictures (Carl Laemmle)
Durée : 305 mètres (1 bobine)

Distribution :
Mary Pickford : Nello, la fille du bandit
Owen Moore : le fils du rancher

Mary Pickford et Owen Moore :
Image.Image



_______________________________________________
An Indian Martyr
_______________________________________________
Film probablement perdu.

Fiche technique :
Réalisateur : Thomas H. Ince
Production : Bison Motion Pictures
Durée : 10 minutes – 300 mètres (1 bobine)

Distribution :
Francis Ford

Francis Ford :
Image
______________________________________________
Little Dove’s Romance
______________________________________________

Fiche technique :
Réalisateur : Fred J. Balshofer
Production : Bison Motion Pictures (Thomas H. Ince)
Durée : 300 mètres (1 bobine)
Lieu de tournage : Big Bear Valley, San Bernardino National Forest, Californie.

Fred J. Balshofer
Image
Distribution :
Princess Red Wing : Little Dove
Charles Inslee : Burns
J. Barney Sherry
James Young Deer

Princess Red Wing, Charles Inslee : Burns, J. Barney Sherry et James Young Deer :
Image.Image. Image.Image


J. Young Deer et Red Wing dans Little Dove’s Romance :
Image
Photo : One Reel a Week. Fred J. Balshofer et Arthur C. Miller.



___________________________________________________________________________________



Deux westerns de David W. Griffith :


_______________________________________________
In the Days of ’49
_______________________________________________

« Après que Bill ait trouvé un filon d'or il fait venir Edith, sa femme. Elle voyage en compagnie de
Jack, un vieil ami de Bill et flirte avec lui. Une fois au camp minier, Edith et Jack continuent à se
rencontrer secrètement, et projettent de partir ensemble. Bill se confie à Jack, lui avouant qu' Edith
a changé et se demande bien pourquoi.. Jack alors comprend que l'amour de Bill envers Edith est plus
sincère que le sien, et il quitte le camp. »
IMDb.
Film probablement perdu

Fiche Technique :
Réalisateur : D. W. Griffith
Scénario : Maie B. Havey
Image G.W. Bitzer
Production : Biograph Company
Durée : 17 minutes – 315 mètres (1 bobine)
Lieu de tournage : Eaton Canyon, Angeles National Forest, Californie.

Distribution :
Goerge Nichols : Bill Weston
Claire McDowell : Edith Weston
Dell Henderson : Handsome Jack
Dorothy West : Ami d'Edith
Alfred Paget : Ami de Jack
Charles West :


______________________________________________
Fighting Blood
______________________________________________
"Richard Tuttle sauve son père, attaqué par les indiens et se réconcilie avec lui". Patrick Brion.
Regardez le film sur le site Internet Archives : https://archive.org/details/FightingBlood
Fiche technique :
Réalisateur : D. W. Griffith
Scénario : Zane Grey
Image : G. W. Bitzer (Caméra Pathé)
Production : Biograph Company
Durée : 18 minutes, 322 mètres (1 bobine)
Lieu de tournage : Lookhout Mountain, Sierra Madre. San Fernando, Californie.

Distribution :
George Nicholls : Le vieux soldat
Kate Bruce : Femme du vieux soldat
Robert Harron : Fils du vieux soldat
Florence Labadie : Fiancée du fils
Francis J. Grandon : Père de la fiancée
Lionel Barrymore

George Nicholls, Kate Bruce et Florence LaBadie :
Image.Image.Image

Robert Harron et Lionel Barrymore :
Image.Image


Robert Harron, George Nicholls et Kate Bruce :
Image

Robert Harron :
Image


______________________________________________

Raoul Walsh sur David Wark Griffith :

D.W. Griffith était un génie, un homme tranquille, presque timide, jusqu'au moment ou il prenait
un mégaphone. Il nommait chaque membre masculin de la compagnie «Mister» et décourageait
la familiarité. Certains de ses biographes l'ont accusé d’avoir été arrogant et injuste, d’être
«M. Inabordable ». Je l'ai toujours trouvé prêt à écouter les opinions, et il était le premier
à offrir son aide quand quelqu’un avait des ennuis. Chaque fois que je le pouvais, j'observais sa
façon de diriger, et essayais de me souvenir de tous ces faits et et gestes. Peu de gens ont
la chance d'avoir un génie comme professeur et gratuitement de surcroit. Tout ce que je devais
faire était de garder les yeux et les oreilles bien ouverts.
Plus tard, quand je suis devenu un réalisateur moi-même, j'ai exploité l'enseignement
reçu par ce maître. Cabanne et les autres réalisateurs artistiques étaient tous compétents,
mais aucun d'entre eux n'avait la touche et le sens superbe du dramatique qui étaient évidents
dans tout ce que Griffith faisait. Lorsqu'il a produit et dirigé personnellement :
Naissance d'une nation, le monde a acclamé son art et lui a rendu un hommage tardif.
Ce spectacle a changé l'histoire du cinéma et pour la première fois l’a mis à égalité avec les
autres formes d'art. Raoul Walsh dans Each Man In His Time.



"Faites rire, faites pleurer, mais surtout faites penser".
D. W. Griffith


___________________________________________________________________________________




Allan Dwan



Image



Allan Dwan a fait des études d'ingénieur. Employé chez Cooper Hewitt où, il "aide à développer le tube
fluorescent à vapeur de mercure".
Lors d'une installation pour un client George K. Spoor de
l'Essanay l'a approché lui demandant de concevoir un type d'éclairage pouvant servir dans un studio
de photographie.
Ce que fit Allan, mais très vite, attiré par le cinéma, il propose des histoires qu’il avait déjà écrites.
Selon Kevin Brownlow, Dwan a dirigé plus de 1400 films, entre 1911 et 1961.
C'est Dwan et non Griffith qui a conçu en (1916) la célèbre grue utilisée dans Intolérance. (1916).
C'est lui aussi qui a été le pionnier dans l'utilisation du chariot de travelling.
Il était le réalisateur préféré de Gloria Swanson, avec qui a travaillé dès 1916.
Il a dirigé Mary Pickford, Douglas Fairbanks, Lilian Gish, etc.

Douglas Fairbanks, Marion Frances, Allan Dwan, Cecil B.DeMille, Mary Pickford et A. Zukor :
Image
Photo: Mary Pickford Foundation.



Cette année Allan Dwan s’essaye à la réalisation de films écoutons-le raconter ses débuts :

Quand une partie des dirigeants de d’Essanay, quittèrent le studio, pour former l’American Film Company
Ils m'offrirent un salaire trois fois supérieur pour les suivre, toujours comme responsable des scénarios.
Ce que je fis.
On m’envoya en Californie, car il y avait là-bas une succursale qui était supposée faire des
films, mais on n’en voyait jamais les résultats.
J’ai fait des recherches dans tout Los Angeles. Hollywood n’existait pas encore, Il n’y avait aucun studio.
Après avoir exploré et demandé partout, j’ai finalement trouvé la compagnie à San Juan Capistrano.
Ils étaient entassés dans un petit hôtel, attendant que leur metteur en scène se décide à revenir, sobre,
espéraient-ils de Los Angeles. J’ai immédiatement télégraphié à Chicago en suggérant de disperser l’équipe,
faute de metteur en scène.
La réponse arriva très vite : « Vous êtes le metteur en scène. » Ce fut un choc, mais j’appelais tous les
acteurs. J. Warren Kerrigan était leur chef, et je leur dit : « Soit Je suis votre metteur en scène, soit vous
n’avez plus de travail. » Ils répondirent tous en cœur : « Vous êtes le meilleur metteur en scène que nous
ayons jamais eu. » Je leur ai alors demandé : « Qu’est-ce que je dois faire ? » Ils me répondirent : « Venez
avec nous. » Ils me désignèrent une chaise et un porte-voix, et me dirent : « Maintenant faites attention.
Vous devez apprendre trois mots : vous devez être capable de dire camera et action. Puis, une fois que
vous avez obtenu ce que vous voulez, vous criez Cut. Alors je me suis entraîné, et à la fin, j’arrivais à
dire trois mots avec autorité.
J’étais devenu un metteur en scène.
Allan Dwan dans Un Siècle de Cinéma de Tay Garnett.

Voir la biographie d'Allan Dwan rédigé par Cole Armin :
http://biographie.westernmovies.fr/real ... aphie.html

Cette année donc Allan Dwan tourna à San Juan Capistrano deux de ses premiers courts métrages :
Branding A Bad Man et Western Dream, couplés dans une seule bobine :

______________________________________________
Branding a Bad Man
______________________________________________
Film probablement perdu.

Fiche technique :
Réalisateur : Allan Dwan
Production : American Film Manufacturing Company
Durée : 150 mètres (Split-reel)

Distribution :
J. Warren Kerrigan
Pauline Bush
Jack Richardson

Pauline Bush
Image


J. Warren Kerrigan et Jack Richardson :
Image.Image



_______________________________________________
Western Dream
_______________________________________________
Film probablement perdu.

Fiche technique :
Réalisateur : Allan Dwan
Production : American Film Manufacturing Company
Durée : 150 mètres (Split-reel)

Distribution :
J. Warren Kerrigan
Pauline Bush
Jack Richardson

Malgré son inexpérience du métier Allan Dwan dirige cette année 1911 plus de 80 courts, d’abord à
Lakeside, puis à la Mesa, San Diego, Californie.

Voici 10 titres de cette année et toujours avec les mêmes acteurs, J. Warren Kerrigan,
Pauline Bush et Jack Richardson :

Auntie and the cowboys
A Trooper’s heart
The man hunt
The ranch tenor
The sheepman’s daughter
The sheriff’s sisters
The way of the West
The western doctor’s peril
The whitch of the range
The white red man




A suivre...
Modifié en dernier par Hombre le 02 janv. 2017 18:59, modifié 2 fois.

Avatar du membre
Hombre
Westerner
Westerner
Messages : 2498

Re: Le Western muet : Un aperçu chronologique 1903 - 1929

Messagepar Hombre » 19 nov. 2016 18:33

Année 1911 (suite)



Blanche Sweet (1896-1986)


Image




Blanche Sweet est née à Chicago dans une famille de comédiens . Après le décès de sa mère,
sa grand-mère la prend en charge et la fait monter sur scène dès l'âge de 4 ans, de 6 à 9 ans
elle fait partie du théâtre musical, Chauncey Olcott, Blanche qui rêve de devenir danseuse
se tourne vers le cinéma pour payer ses cours de danse.

Blanche a été aussi populaire sinon plus, dans la période du muet, que ses consœurs Mary Pickford
et Lillian Gish. Elle a souvent fait la une des magazines dans les années 10 et 20.
Elle était discrète sur sa carrière. Les journalistes qui voulaient l'interviewer devaient la chercher
partout dans les plateaux de tournage, la plupart du temps la trouvaient plongée dans un livre.

En 1909, à l'âge de 13 ans elle est sous contrat à la Biograph et fait quelques apparitions dans
plusieurs films, comme c'était le cas de Mary Pickford (son ainée de 4 ans), quelques mois
auparavant.
Mais, elle doit attendre 1911, pour avoir son premier vrai rôle dans La Télègraphiste de Lonedal
dirigé par Griffith .

Linda Arvidson (madame Griffith dans la vie) la décrit dans un premier temps , « une blonde, trop
jeune pour jouer des rôles d'amoureuses et de femmes, mais faite pour des rôles plus insignifiants
tels que des femmes de ménage ou des jeunes filles. David (Griffith) l'auditionne pour un film et la
refuse trouvant qu'elle ne dégage aucune émotion ».
Mais plus tard ils décèlent son talent et
reviendront sur leurs dires.

Blanche Sweet ne fera pas partie du voyage historique du premier groupe de techniciens et acteurs
de la Biograph pour la Californie, en janvier 1910, Griffith la jugeant trop jeune.
Elle reste donc avec le studio de New York pour un salaire de 40 dollars par semaine. Mais elle prend
son indépendance, trouvant « le travail devant la caméra trop monotone, je désirais la musique et les
lumières du théâtre. Je suis allée travailler avec Mlle Hoffman pour un salaire moindre »
.

L'hiver 1910-1911, Griffith et la compagnie font leur deuxième voyage en Californie. Mary Pickford
vient de quitter la Biograph pour la IMP de Carl Laemmle. Suite à l'intercession de sa grand-mère
qui trouvait qu'elle n'était pas assez payée, le réalisateur Frank Powell invite Blanche à se joindre à eux,
devenant ainsi l'une des actrices favorites de Griffith et de la Biograph.

Griffith perd cette année en plus de Mary Pickford, Marion Leonard, Arthur Johnson ainsi que le
scénariste Stanner E. V. Taylor et pour couronner le tout, Arthur Marvin, son caméraman de la première
heure décède en janvier.

Blanche avait mûri depuis ses débuts à la Biograph, le vilain petit canard s'était transformé en beau
cygne et avec la nouvelle venue, Mabel Normand, elles seront les futures stars de la Biograph.

Voir aussi la biographie de Demerval : viewtopic.php?f=30&t=17659#p254236

Nous soulignerons trois films innovants que Blanche Sweet tournera en 1911 avec Griffith, dont son
premier grand rôle dans La télégraphiste de Lonedale, viendront ensuite La dernière goutte d'eau
et The Battle.


_______________________________________________
The Lonedale Operator (La télégraphiste de Lonedale)
_______________________________________________
La fille du télégraphiste, jouée par Blanche Sweet, ne l'oublions pas avait 14 ans, est amenée à remplacer
son père malade. Le soir tombant, elle remarque la présence des bandits, elle télégraphie demandant
de l'aide, et les tient en respect avec une arme qui s'avère être une clef anglaise, jusqu'à l'arrivée des secours.
Dans ce film une nouveauté, on voit un gros plan sur la clef anglaise.
Film visible en bon état sur Wikipédia.

Blanche Sweet appelant au secours :
Image

Elle pointe son arme :
Image

Gros plan sur l'arme :
Image



Fiche technique :
Réalisateur : D.W.Griffith (Non crédité)
Image : G.W.Bitzer
Production : Biograph Company
Durée : 17 minutes. 304 mètres (1 bobine)
Lieu de tournage : Inglewood, Californie

Distribution :
Blanche Sweet : La fille du télégraphiste
Francis J. Grandon : L’ingénieur
Wilfred Lucas : Le Pompier
Edward Dillon : Le télégraphiste
Charles West : L’agent de la compagnie

Blanche Sweet :
Image

Francis J. Grandon, Wilfred Lucas et Edward Dillon :
Image.Image.Image



_______________________________________________
The Last Drop of Water (La dernière goutte d’eau)
_______________________________________________
« Un groupe de caravanes se dirigeant vers l'Ouest à travers le grand désert se retrouve sans eau et est
attaqué par les Indiens. Hommes et femmes sont alors entre la vie et la mort. Un homme volontaire,
leur dernière chance, est envoyé pour chercher de l'eau ».
Wikipedia.
“Mary épouse John et part avec lui au Far West. Il meurt en cherchant de l’eau. Mary se consolera avec
Jim, un de ses anciens soupirants auquel elle avait préféré John ».
Patrick Brion.
Visible sur You Tube : https://youtu.be/E16_c58YEYw

Fiche technique :
Réalisateur : D. W. Griffith
Scénario : Stanner E.V. Taylor, d’après une histoire de Bret Harte
Image : G. W. Bitzer (Caméra Pathé)
Production : Biograph Company
Durée : 18 minutes, 332 mètres (1 bobine)
Lieu de tournage : Lookhout Mountain, Sierra Madre. Topanga Canyon, Californie.

Billy Bitzer et Griffith dans les rues de New Jersey en 1920 :
Image

Le scénariste Stanner E.V. Taylor :
Image



Distribution :
Blanche Sweet : Mary
Charles West : Jim
Robert Harron :
Francis J. Grandon
Joseph Graybill

Blanche Sweet :
Image

Charles West, Robert Harron et Francis J. Grandon :
Image.Image.Image



_______________________________________________
The Battle
_______________________________________________
Des soldats salués par la foule. lors de l'euphorie du départ pour la guerre. Puis, les conséquences
tragiques postérieures. Un jeune soldat déserte les tranchées et va se réfugier chez sa fiancée...
Ce film ambitieux a des airs de superproduction.
Visible sur YouTube : https://youtu.be/Mz6Kg-WPvrE

Fiche technique :
Réalisateur : D.W.Griffith
Image : G.W.Bitzer
Production : Biograph Company
Durée : 19 minutes. 346 mètres (1 bobine)
Lieu de tournage : Champion Studios – Hammett’s Hill – Coytesville Fort Lee, New Jersey.

Deux scènes de The Battle :
Image
Photo : Wikipédia


Image
Photo : IMDb


Distribution :
Charles West : Boy
Blanche Sweet
Charles Hill Mailes
Robert Harron
Donald Crisp

Charles West et Blanche Sweet
Image.Image

Charles Hill Mailes, Robert Harron et Donald Crisp :
Image.Image.Image



______________________________________________________________________________________




Francis Ford (1881 - 1953)


Image



De tous les pionniers du cinéma muet qu’il m’est arrivé de côtoyer dans mes lectures jusqu’à présent,
Francis Ford au parcours remarquable me semble la personnalité la plus attachante. C’était un bricoleur
de génie, un inventeur, un touche-à-tout talentueux, un expert dans l’art du maquillage et du déguisement.
II était désintéressé et généreux, aussi.

C'était un enfant très curieux, qui s’ennuyait franchement à l’école. Son père désespéré, mais tout de même
clairvoyant lui avait conseillé de se faire policier ou acteur. Il a donc tenté le théâtre. C'est là qu'il croise la
célèbre actrice Amelia Birgham. Ford se souviendra plus tard d'elle, lui disant : «que si, j’avais l’intention
de devenir un grand acteur, je devais m'enlever cette idée de la tête, mais si je travaillais beaucoup je pourrai
devenir un homme de bien. Alors, elle m’a préposé aux transports à charger et décharger les décors.»


Plus tard, on peut l’imaginer montant et descendant une échelle, nettoyant les lampes à gaz dans les
rues de New York, attirant le regard notamment des gens de cinéma qui l’embauchent pour faire de
même dans leur studio. «D’accord, j’ai eu un bon début » nous raconte Francis Ford «j’ai commencé avec
plusieurs compagnies différentes, jusqu’à ce que j’arrive chez Méliès. Là, je faisais tout, des accessoires
à la gestion, surtout des accessoires ».
De studios Méliès je suis allé à la NYMPC, puis à l’Universal.»

Devenu maitre dans l’art du déguisement et du maquillage, il joua tous les rôles: il «interprète un
indien le matin et compose un Abraham Lincoln l’après-midi »,
intervenant par ailleurs, à chaque
stade de la production d’un film. Quand les studios Méliès déménagent pour la Californie il est
l’assistant de madame Gaston Méliès. Un temps à la Bison il s’est fait au passage souffler les crédits
par Thomas Ince, ça ne fait rien, il continue à fournir un film par semaine. Il apparaitra dans 495 films
en tant qu’acteur, il en réalisera 179 et il en écrira 34. Excusez du peu… La plupart de ses films sont
aujourd’hui disparus. Certains de ses films qui sont arrivés jusqu’à nous, révèlent qu’ils ont «quelque
chose en plus : de l’empathie pour les êtres humains, une simplicité franche, toujours dit avec un
grand respect de la tragédie humaine».


Il jouira d’une très grande célébrité en réalisant et en jouant dans des séries qui rencontreront un grand
succès, aux cotés de la star Grace Cunard.

Dans les années 20 il créera une coopérative avec un marin australien, dénommé Frank Baker, qui
l’avait aidé quand il est tombé gravement malade dans les mers du Sud.

Un homme aux multiples talents : doué pour la musique et la peinture, Il jouait du violon, sculptait,
peignait d'énormes toiles dans son garage, et si quelqu'un admirait un détail, il le découpait
impulsivement et le lui donnait, généreusement.

En 1928, tourne son dernier film et arrête ses activités comme réalisateur pour se vouer uniquement
à celles d'acteur.

Voir sa biographie : viewtopic.php?f=30&t=17930#p257962

___________________________________________

Peter Bogdanovitch : Quelles furent vos premières influences ?

John Ford : Mon frère Frank. C’était un grand caméraman. Tout ce qui se fait
aujourd’hui, ces trucs soit disant nouveaux, il le faisait déjà. C’était vraiment un
grand artiste, un merveilleux musicien, un sacré acteur et un bon metteur en scène.
Un touche-à-tout en somme, mais qui faisait tout à la perfection. Il n’avait qu’une
chose qu’il ne pouvait pas faire, c’était se concentrer trop longtemps sur un sujet.
Il a été la seule influence que j’aie jamais eu dans le domaine cinématographique.

Dans : Peter Bogdanovitch. John Ford.


Quatre westerns avec Francis Ford période Méliès, à San Antonio, Texas :

__________________________________________
Branding a Thief
__________________________________________
Septième film où apparait Francis Ford et premier western de sa filmographie. Sortie le 14 avril 1910.
Branding a Thief est aussi le premier western tourné par la Méliès à San Antonio, Texas.
Film considéré perdu.

Fiche technique :
Année : 1910
Réalisateur : William F. Haddock
Image : William « Daddy » Paley
Production : Star Film Company (George Méliès)
Durée : 290 mètres (1 bobine)
Lieu de tournage : San Antonio, Texas

Distribution :
Francis Ford
Edith Storey

____________________________________________
In the Hot Lands
______________________________________________
"Nell, une fille indépendante et quelque peu obstinée, est invitée à un bal. Elle demande à sa mère de
l'argent pour acheter une robe. Sa mère travaille dur, du matin au soir, considérant cette dépense
inutile, lui refuse. Nell lui répond séchement et s'en va fâchée..."
(IMDb).
Film considéré perdu.

Fiche technique :
Réalisateur : William F. Haddock
Image : William « Daddy » Paley
Production : Star Film Company (George Méliès)
Durée : 10 minutes. 300 mètres (1 bobine)
Lieu de tournage : San Antonio, Texas

Le réalisateur WIlliam F. Haddock et le caméraman William "Daddy" Paley :
Image.Image


Distribution :
William Clifford : Le docteur de la ville
Edith Storey : Nell
Francis Ford : Le docteur de campagne
Anne Nichols : Mère de Nell

Edith Storey :
Image


William Clifford, Francis Ford et Anne Nichols :
Image .Image.Image



________________________________________
Billy and His Pal
________________________________________
"Jim, le cowpuncher est le représentant idéal de l'homme tel que se l'imagine le jeune Billy . Il devient
son plus fidèle ami et fervent admirateur. Madge est «l'ange» du ranch et tous les cowboys donneraient
leur vie pour elle. Jim l'aime et elle n'y est pas insensible. Cela suscite la jalousie d'un mexicain
présomptueux, qui essaie d'embrasser Madge mais est rapidement renversé et sorti par Jim. Le
Mexicain se venge et..."
IMDb
Longtemps considéré perdu une copie de Billy and His Pal a été trouve à la Cinémathèque de
Nouvelle - Zélande, en 2010.
Film visible sur le site de la National Film Preservation Foundation :
https://www.google.fr/url?sa=t&rct=j&q= ... 6471,d.d24

Fiche technique :
Réalisateur : William F. Haddock
Image : William « Daddy » Paley
Production : Star Film Company (George Méliès)
Durée : 300 mètres (1 bobine)
Lieu de tournage : San Antonio Texas

Distribution :
Francis Ford : Jim
Edith Storey : Madge

Francis Ford dans Billy and His Pal :
Image

Image

Image


________________________________________
The Immortal Alamo
________________________________________
Dernier film tourné par la Méliès au Texas avant leur départ pour la Californie.
Film considéré perdu.

Fiche technique :
Réalisateur : William F. Haddock
Image : William « Daddy » Paley
Production : Star Film Company (George Méliès)
Durée : 20 minutes - 600 mètres (2 bobines)
Lieu de tournage : San Antonio, Texas

Distribution :
Francis Ford :Navarre
Edith Storey : Lucy Dickinson
William Clifford : Travis
William A.Carol : Lieutenant Dickinson
Gaston Méliès : Padre
Joseph Flores

The Immortal Alamo :

Image
Photo : IMDb




Trois westerns avec Francis Ford période Méliès, en Californie :


___________________________________________
The Strike at the Gringo
___________________________________________
Film considéré perdu.

Fiche technique :
Réalisateur : Gaston Méliès
Production : Star Film Company (George Méliès)
Durée : 300 mètres (1 bobine)
Lieu de tournage : Santa Paula, California

Distribution :
Francis Ford : Frank Hawley

Image


Francis Ford dans The Strike at the Gringo :
Image
Photo : IMDb



__________________________________________
A Spanish Love Song
__________________________________________
Film considéré perdu.

Fiche technique :
Réalisateur : Gaston Méliès
Production : Star Film Company (George Méliès)
Durée : 10 minutes. 300 mètres (1 bobine)
Lieu de tournage : Santa Barbara, California

Gaston Méliès :
Image


Distribution :
Francis Ford : Don José
Mildred Bracken : Juanita
William Clifford : Jack

Francis Ford, Mildred Bracken, William Clifford :
Image.Image.Image


Mildred Bracken et Francis Ford dans A Spanish Love Song :
Image
Image
Photos : IMDb



________________________________________
The Ranchman's Debt of Honor
__________________________________________
« Après avoir vendu son bétail, un ranchman est entrainé par le joueur professionnel Frank Hawley
dans un jeu de poker truqué. Le ranchman perd tout et dans l'espoir de se refaire, il emprunte à Hawley,
mais il perd à nouveau. Voulant règler cette «dette d'honneur» le ranchman emmène Hawley à la
maison pour lui montrer son troupeau de chevaux dont la vente devrait largement couvrir le montant de
sa dette. Mais Hawley s'intéresse d’emblée à la fille du ranch, Mary… »
Moving Picture World. IMDb.
Dernier film de Francis Ford tourné avec la Méliès avant de filer à la Bison.
Film considéré perdu.

Fiche technique :
Réalisateur : Gaston Méliès
Production : Star Film Company (George Méliès)
Durée : 300 mètres (1 bobine)
Lieu de tournage : Santa Paula, California

Distribution :
Henry Stanley : Jim Hawley, le ranchman
Mildred Bracken : Mary Hawley, fille du ranchman
William Clifford : l’amoureux de Mary
Francis Ford : Frank Hawley



______________________________________________________________________________




Star Film Company (Méliès)


Quand Georges Méliès a eu vent que ses films étaient piratés aux Etats Unis et commercialisés indûment,
il envoie son frère ainé Gaston pour veiller à la distribution de ses films.
Gaston arrive à New York en 1902 et crée la Star Film Company .
A partir de 1903 Gaston produit ses propres films, essentiellement des documentaires. D'abord à New York,
ensuite en 1909 à Fort Lee, New Jersey.
Gaston centre sa production sur des mélodrames, aventures et en particulier des westerns.
En 1910, s'installe à San Antonio au Texas, où il trouve un climat propice pour le tournage de ses films.
Pour cela il loue une ferme de 2 étages et un terrain de 80 hectares. Ses films seront réalisés sous l'enseigne
Star Film Ranch.

Les locaux de la Star Film Ranch en 1911 :
Image


Le premier western produit par la Méliès sort en avril 1910, Branding a Thief.
Le studio réalisera 73 films, au Texas, pour la plupart des westerns en grande partie perdus.
Leur projet le plus audacieux a été The Immortal Alamo, film disparu aussi . Seulement 5 films de la période
San Antonio ont survécu, dont 3 westerns de 1911, Billy and His Pal, When the Tables Turned et Bessie's Ride;
un sur la guerre de sécession, Under the Stars and Bars (1910); le cinquième étant Salt on the Bird's (1910).
En avril 1911, Gaston transfère la SFC à Santa Paula, Californie où ils tourneront près de 60 films.
Les stars du studio étaient Edith Storey, William Clifford et Francis Ford et sa femme Elsie Van Name,
ainsi que la scénariste Anne Nichols .
En novembre il vend à la Vitagraph 50% de la SFC.
En 1912 Gaston et sa femme accompagnés d'une équipe de tournage partent pour un voyage dans le Pacifique
et en Asie, pour filmer dans des lieux exotiques ce qui s'avérera une catastrophe financière, sa vedette avait
la syphilis, le temps était exécrable, et l'humidité ambiante qui y régnait avait gâché la pellicule. Gaston prend
sa retraite, s'installe en Corse et meurt 2 ans plus tard.

A suivre...
Modifié en dernier par Hombre le 27 déc. 2016 18:04, modifié 2 fois.

Avatar du membre
Hombre
Westerner
Westerner
Messages : 2498

Re: Le Western muet : Un aperçu chronologique 1903 - 1929

Messagepar Hombre » 18 déc. 2016 20:12

Année 1912


Romaine Fielding (1867 – 1927)



Image



Romaine Fielding est incontestablement une grande et étonnante figure du cinéma muet. Il était réalisateur,
scénariste et acteur. Chercheur d’or dans le Klondike, il croise la route de Jack London et Rex Beach, on
reconnaitra leur influence plus tard dans ses films. Il a fait divers petits boulots : agent de voyage, machiniste
et s’improvise même, médecin lors de la Révolution Mexicaine. Puis devient acteur de théâtre jouant avec
aisance, passant d'un registre à l'autre sans aucune difficulté, de La Cabane de l’Oncle Tom à Shakespeare.
Il faut dire qu’il arrive au cinéma à 43 ans. Cet âge tardif ne l’empêchera pas de jouer les jeunes premiers,
s’y adaptant aisément.

Arrivé à la Lubin comme acteur, rapidement il se met à écrire et à diriger les films qu’il interprétait aussi.
Il est nommé directeur des studios, alors il sillonne le pays à la recherche constante d'endroits nécessaires
pour les tournages de ses films aux caractéristiques uniques, par lesquels il se singularisait tant. Il écrivait
à l’aube des histoires poétiques, des tragédies humaines et sombres, afin de les tourner le jour.
Son esprit vif, tant dans la vie que durant les tournages et dans son écriture, était reconnu par tous ceux
qui le côtoyaient.

Un jour ayant besoin d’une actrice il propose à sa secrétaire de passer devant la caméra, elle accepte et
c'est ainsi qu’Eleanor Mason devient la vedette principale dans plusieurs de ses films.
En 1914 tourne The Eagle's Nest, ce western atypique a reçu les éloges de tous ceux qui l'ont vu, et a été
salué avec enthousiasme pour son « cadre merveilleux et le portrait remarquable de la vie au cours de cette
période des premiers pionniers ».

Le 27 août 1918 traverse le pays pour filmer la Bataille de Nogales.
Fielding a joué plusieurs fois des rôles de mexicain, rompant avec le stéréotype concernant les mexicains
et les indiens, leur donnant des rôles positifs.

Il a réalisé 68 films, il en a écrit 29 et est apparu comme acteur dans 73 films.

La plupart de ses films n’ont pas survécu.

Voir sa biographie : viewtopic.php?f=30&t=17954#p258471


___________________________________________
A Romance of the Border
___________________________________________
"Pedro, un jeune ranchman mexicain est amoureux de Rita, la jolie fille du sergent Blake. Le capitaine
Field, un officier sans scrupules, engage Rita dans une conversation, et, sans qu'elle ne s'en rende
compte lui coupe une mèche de cheveux.
Une nuit au club des officiers. Field, qui a bu, se vante de sa conquête. Le sergent Blake, qui est entré
dans la pièce avec un message pour l'un des officiers, écoute ses remarques et veut réagir. Il est arrêté
par les autres officiers présents qui sympathisent avec le vieux soldat et ne veulent pas le voir en difficulté.
En quittant le club, Blake rencontre Pedro par hasard à qui il raconte ce qui s'est passé. Très en colère
Pedro déclare qu'il va tuer Field. Le sergent Blake le lui interdit et dit au jeune Mexicain qu'il est de son
devoir de réparer l'insulte. Mais le sergent va à l'encontre du capitaine..." Moving Picture World. IMDb
Film considéré perdu.


Fiche technique :
Réalisateur : Romaine Fielding
Production : Lubin Manufacturing Company
Durée : 300 mètres (1 bobine)
Lieu de tournage : Douglas, Arizona.

Distribution :
Romaine Fielding : Capitaine Field
Edna Payne : Rita Blake
Richard Wangermann : Père de Rita
Harry Alaska : Pedro le Métis

Romaine Fielding et Edna Payne :
Image.Image


___________________________________________
A Western Courtship
___________________________________________
"Mme Reynolds, son fils Bill et sa fille Louise, vivent dans un ranch à l'extérieur de Tucson. Mary Wills,
une infirmière qualifiée, est engagée pour s'occuper de la mère qui est malade. Bill est attiré par la
jolie infirmière. Bill, cependant, défend à sa sœur de rencontrer Tom Jones, un ranchman voisin.
Louise, n'en tient pas compte et continue à voir Tom. Un jour, Bill tombe inopinément sur le couple,
il dégaine son arme et tire sur Tom. Celui-ci s'écroule apparemment mort. Bill dit à Louise d'aller au ranch
et d’amener Mary. Louise chevauche jusqu'à ce que son cheval soit blessé, désespérée, elle monte sur l'un des
chevaux qui se trouvent en bordure de route, et qui appartiennent à Tony, l'ami mexicain de Tom .
Après avoir constaté un cheval manquant,Tony part à sa recherche avec ses amis. Louise, rusée, échappe
à ses poursuivants et avec Marie accourent vers le blessé. Entre temps, Tony et ses amis sont tombés sur
Bill et croyant Tom mort décident de le lyncher..." Moving Picture World. IMDb
Film considéré perdu.

Fiche technique :
Réalisateur : Romaine Fielding
Production : Lubin Manufacturing Company
Durée : 300 mètres (1 bobine)
Lieu de tournage : Philadelphie, Pennsylvanie

Image


Distribution :
Romaine Fielding : Bill Reynolds
Adele Lane : Mary Wills
Burton L. King : Tom Jones
Edna Payne : Louise Reynolds

Adele Lane, Burton L. King et Edna Payne :
Image.Image.Image


____________________________________________
The Cringer
____________________________________________
"Premier film réalisé par Romaine Fielding à Prescott. Un berger lâche, maltraité devient braqueur
de banques et incendiaire. Fielding pour ce film a reçu l'autorisation de tourner dans Granite Dells et
certaines scènes y ont été filmés avec des cavaliers de la région. Western insolite et sombre."
C. S. Williams.
Film considéré perdu.

Fiche technique :
Réalisateur : Romaine Fielding
Production : Lubin Manufacturing Company
Durée : 330 mètres (1 bobine)
Lieu de tournage : Prescott, Arizona. Silver City, Nouveau Mexique

Distribution :
Romaine Fielding : The Cringer
Georgey Clancey

Romaine Fielding et Georgey Clancey :
Image.Image


Image


_________________________________________
The squaw man's sweetheart
_________________________________________
"Le mari d'une squaw apprend que son ancienne fiancée viendra lui rendre visite, alors il éconduit sa squaw.
En représailles, elle se rend chez les siens, leur raconte son histoire. La jeune fille blanche est capturée par les
Indiens et le mari est averti qu'elle sera tuée. Il réussit à la sauver, mais sont poursuivis par les Indiens. Après de
nombreuses aventures passionnantes, tous 2 finissent par s'échapper."
Moving Picture World. IMDb
Film probablement perdu.

Fiche technique :
Réalisateur : James Young Deer
Production : Pathé Frères
Durée : 300 mètres (1 bobine)
Lieu de tournage : S & M Ranch, Santiago Canyon, Californie

Distribution :
Red Wing
George Gebhardt
Joseph De Grasse

_________________________________________
Custer's Last Fight
_________________________________________
Premier film d'une longue série sur le général Custer. Raconte la bataille de Little Big Horn. Francis Ford
est derrière et devant la caméra. Il joue le Colonel Custer et Grace Cunard sa femme, on aperçoit aussi
Art Acord dans le rôle d'un cavalier.
Filmé dans les collines près de Malibu avec le célèbre 101 Ranch.
La seule copie existante se termine au milieu de la bataille.
Ce film est ressorti en 1925 sous le titre Custer's Last Ride.


Fiche technique :
Réalisateur : Francis Ford
Scénario : Richard V. Spencer
Image : Ray C. Smallwood
Production : Bison 101
Durée : 30 minutes - 900 mètres (3 bobines)
Lieu de tournage : Incevlle, Santa Ynez Canyon, Californie

Francis Ford :
Image


Distribution :
Francis Ford : George A. Custer
Grace Cunard : Mrs Custer
J. Barney Sherry : James McLaughlin
William Eagle Shirt : Sitting Bull
Art Acord
Ann Little

Grace Cunard et William Eagle Shirt :
Image.Image


J. Barney Sherry, Ann Little et Art Acord :
Image.Image.Image


____________________________________________


Cette année le magazine The Motion Picture Story effectue un sondage et situe Broncho Billy comme
la vedette la plus populaire de l'écran.

Image



_________________________________________
War on the Plains
_________________________________________
Ce film marque le début de la collaboration de Thomas H Ince avec les Frères Miller du Rancho 101.
Il existe une copie dans la Library of Congress film archive

Fiche technique :
Réalisateur : Thomas H. Ince
Scénario : Thomas H. Ince, Ray Myers, William Eagle Shirt
Production : Bison Motion Pictures
Durée : 20 minutes - 667,5 mètres (2 bobines)
Lieu de tournage : Incevlle, Santa Ynez Canyon, Californie

Distribution :
Francis Ford : Drake
Ethel Grandin : Ethel
Ray Myers : jeune iimigrant
Howard Davies :
J. Barney Sherry :
William Eagle Shirt :
Art Acord


_____________________________________________________________



C.Gardner Sullivan (1884 – 1965)

Image

C.Gardner Sullivan était un scénariste, producteur et un journaliste qui aimait bien évoquer l'ouest dans
ses récits.
En 1907 Sullivan a commencé une carrière de journaliste. Puis il déménage à New York et rejoint le New
York Evening Journal. Un jour un collègue lui montre une annonce passée dans un journal par un studio
proposant d'acheter des histoires pour en faire des films. Il dira plus pas tard que c'est grâce à cette
annonce qu'il a démarré sa carrière de scénariste.
Son premier scénario lui a été refusé. Il reste sans écrire un certain temps et sa première histoire,
Her Polished Family, fut achetée par Edison Studio.
L'année 1912, Thomas H. Ince reçoit une histoire écrite par Sullivan, ce sera le début d'une étroite
collaboration, lui achetant d'abord des histoires, puis en 1914, lui propose un emploi à temps complet
à Hollywood.
Sullivan écrit au début essentiellement des scénarii ayant pour thème l'ouest. Ensuite il élargira sa
palette à des drames, ainsi que des comédies.
Il contribuera aussi, en tant que scénariste aux films de William S. Hart, considérés ceux-ci comme
les premiers grands westerns.
Sullivan apportera à Ince la base littéraire nécessaire qui donnera une certaine épaisseur aux films
de la Bison, puis de la Kay Bee.


_______________________________

3 films écrits par C. Gardner Sullivan :

____________________________________________
When Lee surrenders
_____________________________________________

Première collaboration entre Ince et Sullivan.
Film considéré perdu.
« Une bataille féroce se déroule entre les soldats de l'Union et les confédérés aux alentours de la maison
de Nellie Morton. Le capitaine Blake des forces de l'Union, est blessé mais il parvient à ramper jusqu'au
jardin de Morton, où il tombe épuisé. Il est retrouvé par Nellie qui, d'abord, le menace avec un pistolet,
lui enjoignant de partir. Il se lève douloureusement, et le regard suppliant de douleur plus la blessure au
front ont un tel effet sur Nellie qu'elle finit par l'amener à l'intérieur de sa maison où elle le soigne. A la tombée
de la nuit, les hostilités cessent entre les deux armées, les soldats confédérés campent près de la maison de
Morton. Les confédérés approchent et Nellie dit à Blake de se cacher à l'étage. Mais les officiers trouvent
le manteau du Yankee et Nellie est forcée d'admettre qu'elle cache Blake. Entre-temps, Blake, qui a entendu
la conversation, s'échappe par une fenêtre. Dehors il frappe la sentinelle et met son uniforme gris. Son
évasion est découverte, les officiers confédérés se précipitent à l'extérieur, passent devant lui et ne le
reconnaissent pas sous son uniforme du Sud. Le lendemain, le manteau de Blake est retrouvé par des soldats
de l'Union, et le père de Nellie est accusé d'avoir tué un officier yankee. Il est jeté en prison. Dans l'intervalle,
Blake parvient à rejoindre sa compagnie, et tombe nez à nez sur les confédérés, une bataille éclate, les
hommes de l'Union en sortent victorieux. Blake est de retour au camp pour annoncer la victoire au colonel ,
il voit Nellie sur le pas de la porte, venue plaider pour son père. Elle lui raconte l'histoire et il finit par obtenir
l'acquittement de son père. Blake demande à Nellie de l'épouser et elle dit: «Quand Lee se rendra". Après la
guerre, chez sa mère, il reçoit une lettre de Nellie, en disant: «Lee s'est rendu". Et nous savons tous ce que
cela signifie. »
Moving Picture World synopsis. IMDb.

Fiche technique :
Réalisateur : Thomas H. Ince
Scénario : C. Gardner Sullivan
Production : Bison Motion Pictures
Durée : 20 minutes - 667,5 mètres (2 bobines)
Lieu de tournage : Incevlle, Santa Ynez Canyon, Californie

Thomas H. Ince et C. Gardner Sullivan :
Image.Image


Distribution :
Charles K. Friend, Robert Edeson, Ann Little, Richard Stanton, Walter Edwards, Enid Markey, Joe King,
Frank Borzage, Herschel Mayal, Francis Ford.



Charles K. Friend, Robert Edeson, Ann Little et Richard Stanton :
Image.Image.Image.Image


Walter Edwards, Enid Markey, Joe King et Frank Borzage :
Image.Image.Image.Image



Herschel Mayall et Francis Ford :
Image.Image


___________________________________________
The Altar of Death
___________________________________________
"Un lieutenant est aimé par une fille indienne, qui donne sa vie pour sauver le fort." IMDb
Film considéré perdu.

Fiche technique :
Réalisateur : Thomas H. Ince
Scénario : C. Gardner Sullivan
Production : Kay-Bee Pictures
Durée : 20 minutes - 615,7 mètres (2 bobines)

Distribution :
Harold Lockwood : Lieutenant Hart
Ann Little : Bright Star
Francis Ford


__________________________________________
The invaders
__________________________________________
"L'armée américaine et les Indiens signent un traité de paix. Cependant, un groupe de géomètres
pénètre dans les terres des Indiens et viole le traité. L'armée refuse d'écouter les plaintes des Indiens et
les inspecteurs sont tués par ceux-ci. Une guerre entre les Indiens et l'armée s'ensuit, culminante dans
une attaque indienne contre un fort de l'armée."
IMDb.
Vous pouvez voir la video sur le site Internet Archive : https://archive.org/details/the_invaders_1912

Fiche technique :
Réalisateurs : Francis Ford, Thomas H. Ince
Scénario : C. Gardner Sullivan
Image : Ray C. Smallwood
Production : Kay-Bee Pictures
Durée : 41 minutes - 300 mètres (3 bobines)

Distribution :
Francis Ford : Colonel James Bryson
Ethel Grandin : Fille du colonel Bryson
Ann Little : Sky Star
Ray Myers : Lieutenant
William Eagle Shirt : Chef Sioux
Art Acord : Télégraphiste


_________________________________________
Blazing the Trail
_________________________________________
« La famille Cooper rejoint une caravane vers l’ouest . L’attaque des Indiens, la capture d'Helen Cooper
et le sauvetage passionnant des prisonniers du camp indien, une bataille sensationnelle, des artistes vedettes
jouant les principaux rôles, un casting colossal, étonnant dans la grandeur et la magnificence, ces scènes sont
d'une beauté sauvage et merveilleuse. »
Moving Picture World synopsis. IMDb.
Il existe une copie dans le George Eastman Museum.

Fiche technique :
Réalisateur : Thomas H. Ince
Production : Bison Motion Pictures
Durée : 20 minutes - 600 mètres (2 bobines)

Distribution :
Francis Ford : Blake
Ethel Grandin : Helen Cooper
J. Barney Sherry : Jack Cooper
Ann Little

Ethel Grandin dans Blazing the Trail :
Image

Image
Photos : IMDb.



_________________________________________


Ann Little

Image

Ann Little était une vraie fille de l'Ouest. Née dans une petite ville de la Californie,
elle a été élevée dans un ranch situé près du Mont Shasta.
Son premier rôle au cinéma aux cotés de Broncho Billy Anderson est celui d'une indienne
nommée Red Feather dans The Indian Maiden's Lesson (1911).

Sportive, bonne cavalière, elle pratiquait aussi le tir et la natation. Actrice faite
pour les westerns, elle interprétait surtout les princesses indiennes, ce qui lui
plaisait énormément étant donné qu’elle étudiait la culture indienne. Par ailleurs
son interprétation de Naturich dans The Squaw Man (1918) lui a valu le respect
et l'amitié des figurants indiens dans ce film.

Voir la bio de Demerval : viewtopic.php?f=30&t=17529#p252620

Ann Little :
Image


___________________________________________
The Outcast
___________________________________________
Film considéré perdu.

Fiche technique :
Réalisateur : Thomas H. Ince
Scénario : Thomas H. Ince
Production : Bison Motion Pictures
Durée : 20 minutes - 600 mètres (2 bobines)

Distribution :
Francis Ford : Drake
Ann Little
J. Barney Sherry :
William Eagle Shirt :
Art Acord


Francis Ford et Ann Little dans The Outcast :
Image



__________________________________________
Le Railway de la mort
__________________________________________

Fiche technique :
Réalisateur : Jean Durand
Production : Société des Etablissements L. Gaumont
Durée : 17 minutes - 446 mètres
Lieu de tournage : Camargue, Bouches-du-Rhône.

Distribution :
Joë Hamman : Joe Baker
Max Dhartigny : Burke
Ernest Bourbon :Le chauffeur
Gaston Modot
Gustave Hamilton
Joaquim Renez
Berthe Dagmar

Le Railway de la mort :
Image




Trois autres westerns de Jean Durand avec Joë Hamman et Gaston Modot :

Cœur ardent :
Image


La prairie en feu :
Image


Sous la griffe :
Image


_______________________________________________


Lionel Barrymore (1878 – 1954)

Image
Lionel Barrymore dans les années 1910.

Lionel Barrymore est surtout connu de nous, public westernien, pour son rôle du sénateur
Jackson McCanless dans le film de King Vidor, Duel au soleil (1946). Cependant c’est dans
la période du cinéma muet qu’on l’a vu dans plusieurs westerns et des 26 westerns qu’il a
tourné, 22 correspondent à cette période.
Lionel Barrymore était réalisateur, scénariste, compositeur, écrivain, il a publié un roman
et ses mémoires. Il était aussi le frère ainé d’Ethel et John Barrymore
C’est au milieu des années 1890 qu’il monte sur les planches jouant avec sa grand-mère
maternelle Louisa Lane Drew. Puis avec son oncle John Drew, Jr. A Broadway au début des
années 1900. Mais le désir du jeune Lionel est de devenir peintre. Il voyage à Paris où il
suit des études d’art.
De retour aux USA Barrymore est engagé par Griffith qui réalise le premier western où il
apparait, The Flighting Blood (1911). C’est aussi avec lui qu’il tournera la plupart de ses
westerns de la période muette. On le verra notamment dans The Battle (1911), The Massacre
(1912) et The battle at Elderbush Gulch (1913).

Image
John, Ethel et Lionel Barrymore, en 1904.

Voir aussi : viewtopic.php?f=30&t=9959#p97973


___________________________________________
The Chief's Blanket 1912
___________________________________________
« Responsable –malgré lui- du vol de la couverture sacré de sa tribu, un jeune indien la rapporte
au prix de sa vie”.
Patrick Brion.
Film considéré perdu.

Fiche technique :
Réalisateur : D.W. Griffith
Scénario : Wilfred Lucas
Production : Biograph Company
Durée : 304,2 mètres (1 bobine)

D.W. Griffith et Wilfred Lucas :
Image.Image


Distribution :
Lionel Barrymore : Jeune homme
Blanche Sweet : Jeune femme
W. Christie Miller : Le père
Charles West : Le hors-la-loi

Lionel Barrymore et Blanche Sweet :
Image.Image

W. Christie Miller et Charles West :
Image.Image



__________________________________________
Geronimo's Last Raid
__________________________________________
"Le lieutenant Parker fait son rapport au commandant Wilkins, commandant du Fort Sill, où Geronimo
est gardé prisonnier. Parker courtise Pauline, la fille du major, et s’attire la haine du capitaine Gray.
Le capitaine prévoit de relâcher Geronimo au milieu de la nuit et d'en rendre Parker responsable. Par hasard
il est tombé sur une lettre adressée par un ami de l’est, au lieutenant Parker, il déchire une partie de cette lettre
ou il est écrit «bien sûr l'évasion de Geronimo serait un avancement pour toi», de cette façon il réussit
à tromper tout le monde. Mais peu avant, Parker avait reçu l’ordre de poursuivre Geronimo ; Gray est
envoyé alors avec un détachement pour emprisonner Geronimo et Parker. Pauline apprend la supercherie.
Elle se met en route pour avertir Parker, mais elle est capturée par Geronimo. Le lieutenant est également
retenu par Geronimo mais ils réussissent à s'échapper. Puis, il vient en aide au Capitaine Gray et son
détachement, mais en guise de récompense il est fait prisonnier par le Capitaine Gray. Devant la cour martiale
tout s’éclaircit lorsque Pauline se précipite avec l'autre partie de la lettre."
Motography synopsis. IMDb.
Assurément la première fois où le personnage historique Geronimo est représenté au cinéma.

Fiche technique :
Réalisateur : John Emerson
Scénario : John Emerson
Production : American Film Manufacturing Company
Durée : 600 mètres (2 bobines)

John Emerson :
Image


Distribution :
J. Warren Kerrigan
Pauline Bush
Jack Richardson
Jessalyn Van Trump

J. Warren Kerrigan, Pauline Bush, Jack Richardson et Jessalyn Van Trump :
Image.Image.Image.Image

__________________________________________
The Ace of Spades
__________________________________________
"Un couple dans le besoin est attiré par les découvertes d'or, Il charge un chariot et se lance dans
l'aventure. Comme un malheur ne vient jamais seul, un cheval est mort, un autre est affamé et la
caisse est vide. La femme, qui est l’élément optimiste de la famille, garde tout au long du dur voyage,
une attitude joyeuse et positive. Quand ils campent, pour la dernière fois semble t-il, leur petite fille
se perd et ils partent à sa recherche. lorsque son père la trouve, elle est à côté d'un ruisseau, jouant
avec quelques jolies pierres. Un seul coup d'œil sur les «jolies pierres» lui suffitt pour se convaincre
que ses rêves se réalisent enfin, et qu'il a trouvé de l'or.
Après le premier moment d'euphorie, il prend conscience de la réalité : ils ont trouvé de l'or, mais
n'ont ni argent ni nourriture.
Alors, à quoi ça sert ? L'épouse prend les rênes en mains et insiste pour qu'il se rende avec des spécimens
de sa découverte au camp le plus proche pour y trouver une pioche et des vivres .
Le trajet à travers le désert est éprouvant, il trouve enfin le camp, tombe sur un cinglé à qui il refuse
de dévoiler l'endroit de sa découverte, à moins d'être assuré d'avoir une pioche et de quoi manger.
Un joueur se montre intéressé, l'emmène chez lui, le nourrit et lui fait une proposition : «Coupez
les cartes, si je gagne, je vous donnerai 500 $ et la concession sera mienne ; si je perds je vous
approvisionne". Acculé, l'homme accepte, joue et perd.
Le «joueur» paie les 500 $ et part pour inspecter son gain. Il rencontre l'épouse qui non seulement
refuse de reconnaître ses droits, mais elle exige qu'il lui concède la même chance qu'il a donné son
mari désespéré.
En accord, il perd, et renonce à son droit, mais en plus il leur fournit à toutes deux de la nourriture,
ainsi qu’une pioche pour son mari."
IMDb
Film considéré disparu.

Fiche technique :
Réalisateur : Colin Campbell
Scénario : Colin Campbell
Production : Selig Polyscope Company
Durée : 304,8 mètres (1 bobine)

Distribution :
Herbert Rawlinson
Betty Harte
Frank Clark
Jacqueline Rowell
Nick Cogley


__________________________________________
The Better Man
__________________________________________
Il existe une copie dans le New Zealand Film Archive.

Fiche technique
Réalisateur : Rollin S. Sturgeon
Production : Vitagraph Company of America
Durée : 276,75 mètres (1 bobine)
Lieu de tournage : Santa Monica, Californie.

Distribution :
Robert Thornby : Miguel Gomez
George Stanley : Jim Saunders
Anne Schaefer : Mme Saunders
Charles Bennet : Le docteur




_________________________________________
A Gambler’s Honor
_________________________________________
Le scénario de ce film est écrit par Harry Carey.
Film considéré perdu.

Fiche technique :
Réalisateur : Anthony O’Sullivan
Scénario : Harry Carey (histoire)
Production : Biograph Company
Durée : 29 minutes – 305 mètres (1 bobine)

Distribution :
Harry Carey, (le joueur); Claire McDowell (Beth); Henry B. Walthall (frère de Beth); Alfred Paget (sheriff)






A suivre...

Avatar du membre
Hombre
Westerner
Westerner
Messages : 2498

Re: Le Western muet : Un aperçu chronologique 1903 - 1929

Messagepar Hombre » 10 janv. 2017 0:16

Année 1913



Trois Stars du muet et le western :
______________________________________________


Mary Pickford (1892 – 1979)


Image


Celle qu'on a nommée la petite fiancée de l'Amérique, est née au Canada et son vrai nom était
Gladys Louise Smith. Elle a été la première grande star féminine que le cinéma ait produit à ses débuts.
Elle débute sa carrière d'actrice au théâtre, entre deux représentations et ne voulant rester inactive
décide de tenter sa chance au cinéma, bien que celui-ci soit une expression considérée comme vulgaire.
Elle se présente au studio de la Biograph, devant D.W. Griffith, lequel est attiré par l'intelligence qui
brillait dans ses yeux, ainsi que par sa beauté et ses boucles blondes.
En 1909, Griffith lui fait donc passer une audition et l'engage, mais elle exige et obtient qu'il double
son salaire. Cette année là, elle tournera dans 51 films, dont 5 westerns, On peut citer : The Indian’s
Runner Romance;
In Old Kentucky et The Heart of an Outlaw.
Le jeu de Pickford est innovant dans la mesure où elle exprimait l'émotion simplement par son regard
et non par de grands gestes, car elle comprit très vite qu'un nouveau style de jeu était nécessaire au
cinéma ; plus intime, plus nuancé et moins théâtral.
Mary est présente dans le genre western surtout au tout début de sa carrière, pratiquement tous
tournés avec Grffith.
En 1910 on note 4 westerns, 1 en 1911 et 2 en 1912.
A Pueblo Legend est son dernier western de la période muette.
Voir la biographie de Demerval : viewtopic.php?f=30&t=17639#p254020

"J'ai remarqué assez tôt que M. Griffith me préférait
dans les rôles des femmes mexicaines et indiennes" :
Image




___________________________________________


Lillian Gish (1893 – 1993)


Image


Lillian Gish est née dans la dernière décennie du 19e siècle. Elle a 5 ans lorsqu'elle commence au
théâtre avec sa jeune sœur Dorothy, jouant plusieurs années dans une compagnie de théâtre
itinérante. Elle croise une autre enfant nommée Gladys qui deviendra quelques années plus tard
Mary Pickford. C'est celle-ci qui présentera Gish à D.W. Griffith, en 1912. Débutant ainsi à 19 ans,
une longue carrière dans le cinéma.
Connue essentiellement par nous, pour ses rôles dans 2 grands westerns Duel au soleil (1943) et Le vent de
la plaine
(1960).
Elle a été l'une des grandes actrices du début du cinéma. C'est grâce a des actrices comme Gish que
Griffith a développé le nouveau langage du cinéma. Elle était d'une grande expressivité, c'est dans la
période du muet que l'on peut apprécier le mieux son jeu original.
En 1913 tourne avec Griffith, The Battle at Elderbusch Gulch et avec Christy Cabanne, An Indian’s Loyalty.
1915 est l'année du célèbre Naissance d’une Nation de D.W. Griffith.
Voir la biographie de Demerval : viewtopic.php?f=30&t=14972#p189210


Lillian Gish en 1920 :
Image



_______________________________________



Mae Marsh (1894 - 1968)


Image


Mae Marsh était sans conteste une actrice pur produit cinématographique à l'inverse d'autres stars
telles que : Mary Pickford, Lillian Gish et Blanche Sweet qui elles, venaient du théâtre.
Mae et sa sœur ainée Marguerite passaient leurs vacances chez une tante vivant à Los Angeles et
travaillant dans le cinématographe. Marguerite séduite par le cinéma décide de suivre l'exemple de
sa tante et de devenir actrice . Elle se fait embaucher par la Biographe. La toute jeune Mae qui
accompagne sa sœur débute en tant que figurante avant d'obtenir des petits rôles.
A partir de 1910 on lui propose d'interpréter des personnages d'une certaine importance et il advint
ce qui devait advenir : Griffith la remarqua.
En 1912, soudainement la chance lui sourit, Mary Pickford et Blanche Sweet refusent un rôle jugé par
elles par trop dénudé dans The Sands Dee. Griffith donne le rôle à Mae et le film obtient un grand
succès.
Mary Pickford tourne son dernier film avec la Biograph fin 1912. Mae et Lillian Gish deviennent les actrices
de prédilection de Griffith.
Mae tourne en 1913, 25 films, souvent avec Griffith. De l'aveu même de Lillian Gish,
Mae interprétait mieux les rôles qu'elle aurait voulu avoir pour elle même.
Néanmoins, Mae lui dit un jour : « Vous êtes des vraies actrices, vous avez une formation théâtrale,
moi pas! »
Ce à quoi Mary Pickford, lucide sur la question du cinéma lui rétorque : « Ma chère, la caméra
se fiche pas mal des règles de l'art! Pour elle ce qui compte c'est le talent! »

En 1916, Mae Marsh quitte Griffith et la Biographe et signe avec un jeune producteur nommé Samuel Goldwyn .
On ne la reverra dans les westerns que des années plus tard notamment dans certains films de John Ford.
Voir la biographie de Demerval : viewtopic.php?f=30&t=15353#p199052

Mae Marsh est la femme du shérif (Ward Bond) dans Le fils du désert (1948) de John Ford :
Image



___________________________________________
The Battle at Elderbush Gulch
___________________________________________
La jeune Sally (Mae Marsh) et sa sœur cadette partent pour l’ouest rendre visite à leurs oncles. Elles
voyagent dans la diligence en compagnie de Melissa (Lillian Gish), son mari et leur bébé. Arrivées à
destination, elles sont accueillies par leurs oncles mais les chiots doivent rester dehors.
Trois méchants Indiens affamés attrapent les chiots des filles pour les manger, Sally les affronte et les
récupère; s'en suit une altercation, les oncles tirent et l’un des Indiens meurt. Les deux autres arrivent au
camp, où les sauvages peaux rouges ivres, dorment étalés ici et là. Leur chef décide de déclarer la guerre
aux blancs et ils attaquent la ville. Le bébé de Melissa est kidnappé. La ville isolée des colons survivra-t-elle
à l'assaut des sauvages ?...
Bon, si vous faites abstraction des stéréotypes lamentables, genre « peau rouge sauvage et sanguinaire » vous
verrez que ce film est l’une des meilleures productions de l’époque. Griffith alterne les scènes intérieur-extérieur,
l’action se passe en simultanée. Jusque là Griffith faisait jouer les acteurs d’une manière latérale, avec des
portes à droite et à gauche, cette fois il fait tirer un des personnages vers le quatrième mur, c’est-à-dire vers
nous, spectateurs. Les scènes de bataille sont très bien rendues, un film précurseur donc.
Tout nous dit que Griffith à déjà en tête Naissance d’une Nation, mais il faut patienter…
Vous pouvez voir le film dans Wikipédia : https://en.wikipedia.org/wiki/The_Battl ... bush_Gulch
Voyez aussi : viewtopic.php?f=10&t=7956&p=251276#p71175

Départ de Sally (Mae Marsh) et sa jeune sœur. Puis arrivée chez les oncles :
Image.Image

Danse guerrière :
Image.

Attaque des indiens :
Image

Melissa (Lillian Gish) perd son bébé. Le tir d'un oncle vers les spectateurs :
Image.Image



Fiche technique :
Réalisateur : D.W. Griffith
Scénario : D.W. Griffith, Henry Albert Phillips
Image : G.W. Bitzer
Production : Biograph Company
Durée : 29 minutes - 526 mètres (2 bobines)
Lieu de tournage : San Fernando, Californie.

Distribution :
Mae Marsh : Sally Cameron
Leslie Loveridge : Enfant
Alfred Paget : Oncle de l'enfant
Robert Harron : Le père
Lillian Gish : Melissa Harl

__________________________________________
Just Gold
__________________________________________
“Quatre frères sont confrontés au choix de rester à la maison ou de suivre la ruée vers l'or. Trois d'entre
eux partent, tandis que le quatrième reste avec les parents. Sa récompense sera l'amour d'une jeune
fille douce. Ses frères, cependant, divisés par la cupidité, ne seront pas aussi chanceux.”


Fiche technique :
Réalisateur : D.W. Griffith
Scénario : D.W. Griffith
Image : G. W. Bitzer
Production : Biograph Company
Durée : 17 minutes -305 mètres (1 bobine)
Lieu de tournage : Californie

D.W. Griffith et G. W. Bitzer :
Image


Distribution :
Lillian Gish, Dorothy Gish, Lionel Barrymore, Charles West.

Lillian Gish, Dorothy Gish, Lionel Barrymore et Charles West :
Image.Image . Image.Image


_________________________________________
A Girl’s Stratagem
_________________________________________
Film probablement perdu

Fiche technique :
Réalisateur : D.W. Griffith
Scénario : George Hennessy
Image : G. W. Bitzer
Production : Biograph Company
Durée : 10 minutes -300 mètres (1 bobine)
Lieu de tournage : Californie

Distribution :
Mae Marsh (jeune femme),Harry Carey (Fiancé), Charles West, Lionel Barrymore.


______________________________________
Arizona
______________________________________

« Un officier de la cavalerie américaine, sacrifie sa réputation pour sauver celle de la femme
infidèle de son officier supérieur. »
IMDb.
Premier western comportant 6 bobines.
Film probablement perdu.

Fiche technique :
Réalisateur : Augustus Thomas
Scénario : Augustus Thomas
Image : Lucien Tainguy
Production : All Star Feature Film Corp
Durée : 1800 mètres (6 bobines)
Lieu de tournage : Staten Island, New York City.

Augustus Thomas
Image


Distribution : Robert Broderick [Henry Canby], Cyril Scott [Lieutenant Denton], Gail Kane [Bonita Canby],
William Conklin [Capitaine Hodgman], Francis Carlyle [Colonel Bonham], H.D. Blakemore [Docteur Fenlon],

Cyril Scott, Gail Kane, Francis Carlyle :
Image.Image.Image


Image


____________________________________________


Niles 1913 – 1915

Dans les premières années du cinéma, en 1912 plus précisément, Anderson « Broncho Billy », cherchant
des lieux pour ses tournages, arrive à Niles située à une trentaine de km de la ville de
Oakland (Californie) . A sa descente du train immédiatement séduit par l'endroit, il décide d'y installer la
division Ouest de la Essanay Film Manufacturing Company de Chicago, studio fondé par Anderson et l’homme
d’affaires George K. Spoor.
A Niles, Anderson fonde les principes, fixe, voire définit le genre western pour les années à venir.
C'est toujours à Niles que Charles Chaplin peaufine son célèbre personnage de vagabond.

Niles Canyon et ses alentours « s'avèrent attrayant, avec leurs prairies et champs , leurs torrents et ravins
escarpés; la ville est nichée dans les collines boisées de Diablo Range, de plus une route poussiéreuse serpente
à travers le canyon, idéale pour les attaques de diligence au galop et les scènes de chasse. Encore plus
merveilleux, le chemin de fer émerge d'un tunnel à flanc de colline offrant des opportunités formidables
pour des hold-up. Des cabanes sont disséminées dans les bois et , l'on y trouve aussi la présence de grands
ranchs ».
Anderson trouve dans ce lieu des paysages propices pour ses tournages.
A l'est de Niles Canyon, à Pleasanton vivait une tribu d'indiens Païutes, des gens très doux et pacifiques
qui ont été engagés par Anderson. Pour le besoin, les équipes techniques leur ont appris à se servir d'un
tomahawk, se peinturlurer , à pousser des cris de guerre et les ont ainsi transformés en farouches guerriers.
Anderson construit un bâtiment et des chalets. Il travaille très rapidement, il écrit ses histoires le soir,
fait répéter les acteurs le matin et filme les scènes le même jour. Il tourne principalement des westerns
(375 courts-métrages Broncho Billy, produit à Niles).

Image

Image


Puis, en 1914 Anderson embauche un jeune comédien du nom de Charles Chaplin,
il y tourne cinq films mais est déçu par les méthodes de travail d'Anderson. Plus tard, Chaplin écrira dans
ses Mémoires : « Il avait déjà sept idées qu'il répétait encore et encore... Parfois, il tournait sept westerns
d'une bobine dans la semaine, puis partait en vacances durant six semaines ».
En mars, tourne ce qui est considéré comme son premier classique Le vagabond. Chaplin y a travaillé trois
semaines, faisant répéter et répéter ses acteurs, passant un temps fou à parfaire le montage. Le Vagabond
sort en avril et obtient un énorme succès.

Francis X. Bushman, Charlie Chaplin and Broncho Billy Anderson :
Image
Photo : Chicago History Museum.

Anderson comprend rapidement ce qui se passe et demande à son associé Spoor de Chicago plus de moyens
mais il refuse, considérant que les films d'une ou deux bobines suffisaient.
Tandis que la popularité de Chaplin est en hausse celle d'Anderson diminue. Ses westerns répétitifs sont
boudés par le public. Il passe plus de temps à faire la fête à San Francisco qu'à travailler à Niles.
Le 16 février 1916, un télégramme de George K. Spoor arrive de Chicago ordonnant la fermeture du studio.
Anderson vends à Spoor sa part mais sous condition de ne tourner aucun film durant deux ans. Ce qui
évidemment met fin à la carrière d'Anderson et par conséquent à celle du premier cow-boy du cinéma Broncho Billy.

Une de scènes les plus célèbres du cinéma a été filmée dans les chemins de terre de Niles :
Image



________________________________________
The Making of Broncho Billy
________________________________________
« Lorsqu' Anderson visite l’Ouest, il est harcelé par des cow-boys dans son hôtel. Pour se
défendre, il achète une arme à feu et se rend compte que s’en servir est une chose bien plus difficile
qu’il n'y paraît. Mais, vêtu de son costume de l’ouest, il devient Broncho Billy , Il affronte
Wilkes son ancien tourmenteur et le vainc dans un duel, le blessant. Poursuivis par les autres Cow-Boys,
Billy arrive au Bureau du shérif … »
Silent era.

Fiche technique :
Réalisateur : Gilbert « Broncho Billy » Anderson
Scénario : Gilbert « Broncho Billy » Anderson
Production : The Essanay Film Manufacturing Company
Durée : 9 minutes - 303,6 mètres (1 bobine)
Lieu de tournage : Niles, Californie

Distribution : Gilbert M. « Broncho Billy » Anderson (Broncho Billy), Brinsley Shaw (Wilkes),
Harry Todd (le sheriff), Victor Potel, Patrick Rooney.

Brinsley Shaw, Harry Todd et Victor Potel :
Image.Image.Image


_________________________________________
Broncho Billy and the Western Girls
_________________________________________
« Le père d’Evelyn et Irène Courtney, est infirme, elles s’occupent donc du magasin général et du bureau
de poste. Un jour un grand sac d’or, des lettres recommandées, etc., leur sont livrés par le transporteur
de courrier. Dick Lee, un hors-la-loi notoire, voit la livraison du sac précieux. Ce soir-là, Lee et ses
complices attaquent le bureau de poste mais Evelyn parvient à s’échapper par une fenêtre, monte sur son
cheval et s'enfuit. Trois bandits partent à sa poursuite. Irène s’empresse d’informer Broncho Billy, et ce
dernier arrive juste àtemps pour sauver Evelyn des mains des bandits.Tous les trois sont capturés.
Broncho Billy tombe amoureux d’Irène et ils se retrouvent pour planifier leur avenir heureux ».
Moving Picture World synopsis. IMDb.

Fiche technique :
Réalisateur : Gilbert « Broncho Billy » Anderson
Production : The Essanay Film Manufacturing Company
Durée : 300 mètres (1 bobine)
Lieu de tournage : Niles, Californie

Distribution : Gilbert M. « Broncho Billy » Anderson (Broncho Billy), Bess Sankey (Irene Courtney),
Evelyn Selbie (Evelyn Courtney), Lloyd Ingraham ( Mr. Courtney), Fred Church (chef des bandits).

Image
Photo : The Best & Worst of the Silent Westerns.


_________________________________________
Le Loup-garou ( The Werewolf )
_________________________________________
« Une femme navajo devient une sorcière après avoir cru à tort que son mari l'avait quittée. Elle transmet
ses pouvoirs à sa fille Watuma, qui se transforme en loup-garou pour se venger des colons blancs envahisseurs.
Cent ans après sa mort, Watuma réapparait pour tuer à nouveau. »
Wikipédia.
Premier film où le le thème du loup-garou est évoqué.
Film considéré perdu.

Fiche technique :
Réalisateur : Henry MacRea
Scénario : Ruth Ann Baldwin
Production : Bison Motion Pictures
Durée : 18 minutes – 500 mètres (2 bobines)
Lieu de tournage : Canada

Henry MacRea et Ruth Ann Baldwin :
Image.Image


Distribution : Clarence Burton ( Ezra Vance), Marie Walcamp (Kee-On-Ee jeune), Phyllis Gordon (Watuma, fille de Kee-On-Ee), Lule Warrenton (Kee-On-Ee âgée), Sherman Bainbridge (Stone Eye), William Clifford (Jack Ford)

Marie Walcamp, Phyllis Gordon, Lule Warrenton, Sherman Bainbridge :
Image.Image.Image.Image


L'affiche du film :
Image



______________________________________________
An Apache Gratitude (Gratitude d'apache)
______________________________________________
Un des 40 courts-métrages tourné par Tom Mix.
Dans ce film il joue le rôle de l'Indien Tonto.


Fiche technique :
Réalisateur : William Duncan
Scénario : William Duncan
Production : Selig Polyscope Company
Durée : 10 minutes - 300 mètres (1 bobine)

William Duncan :
Image


Distribution : William Duncan (Bob Huntley), Tom Mix (Tonto), Myrtle Stedman (Marion Wilson), Rex de Rosselli (Tom Jones).

Tom Mix et Myrtle Stedman :
Image.Image


________________________________________________________________




Pathé Frères US



Bien que, les films produits par Pathé aient été distribués à New York dès 1896 par Mitchell Mark et présentés
dans le théâtre Vitascope, en 1904 une filiale de Pathé Frères, appelée Pathé Company, ouvre à New York,
présentant un catalogue de 12000 titres.
Pathé est le premier studio à produire des films et les exploiter dans le monde entier.
En 1906, avec le succès grandissant du cinéma et la demande frénétique du public, Pathé sera le premier à
proposer 5 à 7 films par semaine alors que les studios américains n'en produisaient qu'un ou deux. Employant
dès 1905 un personnel spécialisé : scénaristes, décorateurs, caméramans, réalisateurs, etc... dans ces années
là, Pathé était le premier groupe cinématographique mondial.

Image


Les studios américains ne voulant pas rester à la traine doublaient les films Pathé et les présentaient comme
les leurs. Edwin Porter, plus tard, reconnaitra qu'à ses débuts chez Edison il copiait allégrement des films français.
Entre 1905 et 1908 un tiers des films distribués aux USA, avait le logo Pathé.
En 1909 Pathé rejoint la Motion Picture Patents Company. Avec l'intention de créer un monopole contre les
petits studios. La MPPC, était composé d'Edison, Biograph, Essanay, Kalem, Lubin, Kleine, Méliès, Pathé, Selig
et Vitagraph. Ce conglomérat définira essentiellement la politique à venir du cinéma.
Pathé produit de nombreux westerns, mais essuie des critiques par rapport au manque d'authenticité; donc en
1910, décide d'engager le réalisateur amérindien James Young Deer « Jeune Cerf » et l'envoie à Edendale à
Los Angeles, où il prend la direction des studios.
En 1914, l'entrée en guerre de la France ralentit la production des films du studio Pathé et perd sa suprématie
aux USA. Pathé alors concentre ses activités sur la fabrication de pellicule et cesse toute production aux USA.
En 1915 change de nom et devient Pathé Exchange.
En 1923 passe sous le contrôle de Merrill Lynch et devient Pathé America.


Les studios Pathé Frères à New Jersey :
Image



Pathé Company of America, 1911.

«Une des plus anciennes compagnies cinématographiques
au monde, la française Pathé Frères, a créé un studio à Fort Lee, New Jersey, en 1914.
Cette même année, elle produit Les exploits d’Hélène, série à l’énorme succès et mettant en
vedette Pearl White. A la même époque, Pathé a embauché l’acteur-réalisateur amérindien
James Young Deer qui fera des Westerns réalistes pour Pathé West Coast Studio nouvellement
installée à Edendale. Ci-dessous les employés de la compagnie sont réunis à l’extérieur du studio.
Son directeur général, Young Deer a joué, écrit, ou réalisé plus de 150 films, pour la plupart des
westerns, réputés ceux-ci pour représenter les natifs américains d’une manière sympathique. »
Image
Dans : Early Poverty Row Studios. E.J. Stephens et Marc Wanamaker.


__________________________________________
The Savage
__________________________________________
Film probablement perdu.

Fiche technique :
Réalisateur : James Young Deer
Production : Pathé Frères

James Young Deer :
Image


Distribution : Bebe Daniels, George Gebhardt

Bebe Daniels :
Image



___________________________________________
The Bullet’s Mark
___________________________________________
Film probablement perdu.

Fiche technique :
Réalisateur : James Young Deer
Production : Pathé Frères
Durée : 300 m (1 bobine)

Distribution : Sidney Smith

Sidney Smith :
Image


_____________________________________________
Hiawatha
_____________________________________________
« Le long du littoral du lac Supérieur Michigan un esprit puissant apparaît et dit aux Indiens :" un messager
apportera la sagesse et unira les tribus en guerre". Hiawatha est né à Wenonah et après la mort de sa mère,
Nokomis élève l'enfant. Hiawatha devient un excellent chasseur et plus tard épouse Minnehaha, mais elle
meurt pendant un hiver très rigoureux.
L'aventure épisodique finale raconte l'arrivée de «Robe Noire» ou le missionnaire qui apporte le christianisme
aux Indiens. Hiawatha l'accueille et proclame que le vrai prophète est arrivé. Hiawatha fait ses adieux aux
guerriers, il leur dit d'écouter les paroles du missionnaire et part pour toujours vers le coucher du soleil. »
Wikipedia.

Malgré la vision colonialiste dépassée, ce film est important car il est le premier à comporter un casting
formé uniquement d'acteurs amérindiens.

Fiche technique :
Réalisateur : Edgar Lewis
D'après Henry Wadsworth Longfellow
Image : Victor Milner
Thème musical : composé par John J. Braham
Production : Colonial Motion Picture
Durée : 40 minutes – 1200 m (4 bobines)
Lieu de tournage : Lac supérieur, Michigan. New York

Le réalisateur Edgar Lewis :
Image


Distribution :
Soon Goot : Minnehaha
Jesse Cornplanter : Hiawatha


Jesse Cornplanter au centre :
Image


Soon Goot :
Image
Photos : Indian Country.


Image





A suivre...
Modifié en dernier par Hombre le 29 janv. 2017 18:51, modifié 29 fois.

Avatar du membre
Tecumseh
Westerner
Westerner
Messages : 2155
Localisation : 48°0'N / 0°12'E

Re: Le Western muet : Un aperçu chronologique 1903 - 1929

Messagepar Tecumseh » 10 janv. 2017 18:21

Toujours aussi intéressant et instructif Hombre. :applaudis_6:

Et de plus comme déjà mentionné, très agréable à lire et parcourir.

:sm80:
ImageImageImage

Avatar du membre
Hombre
Westerner
Westerner
Messages : 2498

Re: Le Western muet : Un aperçu chronologique 1903 - 1929

Messagepar Hombre » 28 janv. 2017 18:30

Année 1914



William S. Hart (1864 - 1946)


Image



En 1914 un acteur de théâtre de 40 ans, venu de l’état de New-York fit sa première apparition sur
l’écran d’argent.
Ayant déjà tenu, sur les planches, plusieurs rôles d’homme de l’Ouest, le voir dans un western
hollywoodien n’avait rien d’’étonnant.
Son nom était : William Surrey Hart.

Dès 1905, ses interprétations de héros (The Virginian), mais le plus souvent de bad guy ( The SquawMan,
The Trail of Lonesome Pine, Moonshine…) lui avaient apporté une petite notoriété dans la représentation
théâtrale de l’Ouest.

Encouragé par le producteur Thomas H. Ince, Hart, venu en Californie, débuta devant les caméras dans
deux petits westerns dirigés par Thomas Chatterton : His Hour of Manhood et Jim’s Cameron Wife. Dans
ces films de deux bobines et tournés en moins de deux semaines, le réalisateur s’était attribué le rôle
du héros.
Hart, dans la continuité de son expérience théâtrale, y interpréta l’antagoniste, le hors-la-loi. Individu
sans pitié dans le premier titre, il personnifia dans le second un outlaw ambigu, non dénué d’une certaine
générosité.

L’acteur était cependant réticent à faire carrière au cinéma en interprétant des seconds rôles dans des
westerns à petit budget.
Ince décida alors de lui offrir la chance de sa vie en lui proposant le premier rôle d’un western au budget
conséquent : deux mois de tournage, film de cinq bobines (environ 70 minutes), et extérieurs tournés dans
le Grand Canyon. Ce film, titré The Bargain, fut dirigé par Reginald Barker, l’un des meilleurs réalisateurs
de la firme de Thomas H. Ince.
Dans la foulée de The Bargain, Barker et Hart tournent un autre western : On the Night Stage. Ce film
beaucoup moins connu que le précédant, est encore plus intéressant par la dimension du personnage
interprété par Hart.
Pistolero redoutable, mais amoureux malchanceux, Silent Texas Jack se dévouera pour sauver à la fois
la femme qu'il aime et l'époux de celle-ci, son ancien rival.
La conclusion du film, à l'opposé de celle de l'œuvre précédente, est très mélancolique.
Rédemption mais tristesse. Abnégation et sacrifice.
Le héros reste seul et s'efface dans la nuit.

A la fin de l’année 1914, Hart, lui-même, réalise deux petits westerns de deux bobines, The Passing Two-gun
Hicks
et In the Sage Brush Country.
Il y interprète le premier rôle, toujours celui du gunfighter dangereux mais généreux ;
Ces films, moins ambitieux que ceux de Barker, n’en sont pas moins importants dans la construction du mythe.
Hart prendra goût à la fonction de metteur en scène. Il réalisera par la suite la plupart de ses films,
ne laissant qu’épisodiquement la main à des réalisateurs talentueux tels Lambert Hillyer.

Cet article est une collaboration de notre ami westerner Marc (Hart).
Voir aussi : viewtopic.php?f=30&t=5192#p43317
Ainsi que : viewtopic.php?f=44&t=10762#p112669
A propos de DVD et vidéos : http://www.silentera.com/video/info/hartFilms.html

______________________________________________
The Bargain (Le Serment de Rio Jim)
______________________________________________
Jim Stokes, hors-la-loi solitaire, attaque et pille une diligence.
Poursuivi par le shérif et ses adjoints, il se réfugie, blessé et épuisé, chez un fermier.
Il cache son identité à son sauveur et tombe amoureux de la fille de celui-ci.

J. Barney Sherry, Hart et Clara Williams :
Image


Stokes veut épouser Nell et s’amender en restituant l’argent volé. Mais lors d’un séjour en ville, il est
reconnu, poursuivi et arrêté.
Le shérif récupère l’argent, mais, homme faible, il s’en fait délester, victime du tenancier véreux d’une
maison de jeu. Stokes et le shérif passent alors un accord (The Bargain) : le hors-la-loi devra récupérer le
butin perdu en échange de sa liberté.
L’affaire se termine bien et Stokes retrouve Nell qui lui pardonnera.

Le film, rythmé et bien construit, est une réussite artistique. Si les personnages secondaires sont un peu
sommaires, il y a un souci d’authenticité des décors et des accessoires, il est vrai que la conquête de
l’Ouest n’était pas si lointaine à cette époque. Quand aux extérieurs, ils sont époustouflants. Le moralisme
que l’on trouve dans la plupart des productions du moment est bien présent mais pas trop accentué.
Hart est déjà inoubliable, qu’il pénètre dans un saloon colt au poing ou qu’il roule sa cigarette d’une
seule main, il est crédible et charismatique tout au long du film.
Son apparition au début du métrage est saisissante : lors du prologue, l’acteur se présente habillé en
smoking, salue, puis se redresse vêtu de la tenue du westerner qui sera la sienne pour l’éternité.
Dès son troisième film , Hart a imposé un personnage assez complexe de hors-la-loi rude, mais sensible et
capable de rédemption. Ses traits fins mais austères, son élégance, son apparente distance, et sa dangerosité
contenue contribueront à définir le héros westernien.
Le film est un succès, le mythique Two-gun Man est né.

Cet article est une collaboration de notre ami westerner Marc (Hart).
Au sujet du film voir l'article de Pak : viewtopic.php?f=7&t=16278&p=224362&hilit=r%C3%A9compens%C3%A9s#p224415

Fiche Technique :
Réalisateur : Reginald Barker
Scénario : William H. Clifford et Thomas H. Ince
Image : Robert Newhard et Joseph H. August (non crédité)
Production : New York Motion Picture
Durée : 70 minutes - 2 100 mètres (7 bobines)
Lieu de tournage : Grand Canyon National Park, Arizona

Reginald Barker :
Image

Thomas H. Ince et Robert Newhard :
Image.Image



Distribution :
William S. Hart : Jim Stokes
J. Frank Burke : Shérif Bud Walsh
Clara Williams : Nell Brent
J. Barney Sherry : Phil Brent

William S. Hart, J. Frank Burke, Clara Williams et J. Barney Sherry :
Image.Image.Image.Image


_____________________________________


Deux films de William S. Hart :

A la fin de l’année 1914, Hart, Lui-même, réalise deux petits westerns de deux bobines, The Passing
Two-gun Hicks et In the Sage Brush Country.
Il y interprète le premier rôle, toujours celui du gunfighter dangereux mais généreux ;
Ces films, moins ambitieux que ceux de Barker, n’en sont pas moins importants dans la construction
du mythe.
Hart prendra goût à la fonction de metteur en scène. Il réalisera par la suite la plupart de ses films,
ne laissant qu’épisodiquement la main à des réalisateurs talentueux tels Lambert Hillyer. Marc.

__________________________________________
The Passing of Two-Gun Hicks
__________________________________________
Fiche technique :
Réalisateur : William S. Hart
Scénario : C. Gardner Sullivan
Image : Robert Newhard
Production : Broncho Film Company
Durée : 20 minutes - 600 mètres (2 bobines)

Distribution :
William S. Hart :Two-Gun Hicks ; Arthur Maude : Joe Jenks ; Leona Hutton : May Jenks; Richard Willis : Bad Ike; J. Barney Sherry : Hayes – le joueur.


__________________________________________
In the Sage Brush Country
__________________________________________
Fiche technique :
Réalisateur : William S. Hart
Scénario : C. Gardner Sullivan , Thomas H. Ince
Production : Kay-Bee Pictures
Durée : 20 minutes - 600 mètres (2 bobines)

Distribution :
William S. Hart : Jim Brandon; Rhea Mitchell : Edith Wilding; Herschell : Frank Wilding; Kisaburô Kurihara : Juan


_____________________________________________

Hart par lui-même :

"Alors que je jouais à Cleveland, j'allai dans une salle. Je vis un western.
C'était horrible ! Je parlai avec le directeur de la salle et il me dit que c'était
l'un des meilleurs qu'il ait jamais eus. Las invraisemblances ou les déformations
infligées à l'Ouest n'avaient aucun sens pour lui; cela attirait les foules. Le fait
que le shérif était habillé et caractérisé comme un mélange de bûcheron du
Wisconsin et de pêcheur de Gloucester lui échappait. Je ne cherchai pas à l'éclairer.
J'étais en quête d'information. En réalité, j'étais tellement certain d'avoir fait une
grande découverte que je vivais dans la crainte que quelqu'un pût lire dans mon
esprit et découvrir ce qu'il renfermait.
Voilà des images du Viel Ouest qu'on présentait au public - d'une manière presque
burlesque - et elles avaient du succès. Y penser me faisait frémir. J'étais un acteur
et je connaisais l'Ouest. L'occasion que j'avais attendue pendant des années était à
ma portée. Des centaines d'idées semblaient venir de toutes les direction. Elles prenaient
forme. C'était là; les dés étaient jetés. Advienne qui pourra, il me fallait tout tenter
pour obtenir l'occasion de tourner des westerns. (...) je faisais partie de l'Ouest
- c'était la demeure de mon enfance - , il était dans mon sang. L'amour même que
je lui portais me faisait connaître ses us et coutumes."

William S. Hart, My Life East and West. Dans L'Alliance Brisée de Jean-Louis Leutrat.



__________________________________________________
Le mari de l'indienne (The Squaw man)
__________________________________________________
James Wynnegate, officier anglais, est accusé injustement d’une malversation, se sachant innocent,
il décide de prendre la fuite, dit au revoir à Lady Diana, sa fiancée et grâce à un ami capitaine il
embarque pour l’Amérique. A New York il rencontre un rancher qui lui propose de partir dans l’Ouest.
En y arrivant James achète un ranch et Il fait la connaissance de Nat-U-Ritch, membre de l’ethnie des
Utes, celle-ci lui sauve la vie par deux fois. Ils ont un enfant. Quelque temps après Lady Diana fait un
voyage dans l’Ouest et…
Un jeune novice, Cecil B. DeMille, homme de théâtre, signe sa première incursion dans la réalisation en
compagnie du vétéran Oscar Apfel. De plus en plus de voix , se lèvent contre la dictature des films d'une
ou deux bobines imposé par la puissante Motion Picture Patents Company, à l'Est. Pour se libérer de cette
emprise on va tout simplement le plus loin possible, à l'autre bout du pays pour tourner des films d'une
durée proche d'une pièce de théâtre et intéresser des acteurs prestigieux.
Dustin Farnum, qui avait déjà joué dans la pièce en 1905, accepte de participer au film.
Par ailleurs, DeMille reçoit des menaces de mort de la part d' Edison et se fait tirer dessus à deux
reprises
On remarque plusieurs innovations dans ce film, les premiers mouvements de caméra et surtout des jeux
de lumière, jamais vus jusque là. Ce film est connu aussi pour être le premier long métrage tourné à Hollywood.
Le film est tourné en 18 jours.
DeMille a fait aussi deux autres versions, l'une en 1918 et l'autre en 1931.
Voyez le film sur le site Archive.org : https://archive.org/details/SquawMan
Les remakes ici : viewtopic.php?f=1&t=2252&start=105#p222347


Fiche technique :
Réalisateur : Oscar Apfel, Cecil B. DeMille
Scénario : Oscar Apfel, Cecil B. DeMille. D'après la pièce éponyme de Edwin Milton Royle.
Image : Alfred Gandolfi
Production : Jesse L. Lasky Feature Play Company
Durée : 74 minutes - 1800 mètres (6 bobines)
Lieu de tournage : Hollywood. Green River, Wyoming


Oscar Apfel et Cecil B. DeMille :
Image.Image


Distribution : Dustin Farnum : James Wynnegate, Monroe Salisbury : Sir Henry, Comte de Kerhill,
Winfred Kingston : Lady Diana, :Haidee Fuller : Lady Mabel Wynnegate, Red Wing : Nat-U-Ritch.




Dustin Farnum, Monroe Salisbury, Winfred Kingston et Red Wing :
Image.Image.Image.Image


Dustin Farnum et Winfred Kingston :
Image


Red Wing et Dustin Farnum :
Image


Une scène dramatique du film :
Image


DeMille à gauche, avec les acteurs du film, Dustin Farnum en chemise blanche et Red Wing à ses cotés :
Image



___________________________________________
The Virginian
___________________________________________
Molly Wood, maitresse d’école venant de l’Est s’installe dans le Wyioming et fait la connaissance du
Virginien et de Steve son meilleur ami. Le virginien est un cow-boy drôle et chevaleresque qui ne tarde pas
à tomber amoureux de Molly mais il est rejeté. Une série de vols de bétail se produit dans la région.
Le Virginien apprend que Steve fait partie de la bande dirigé par Trampas…
Voyez le film sur le site Archive.org : https://archive.org/details/TheVirginian
il existe trois autres versions, 1923, 1929 et 1946 : viewtopic.php?f=1&t=2252&start=105#p223993

Fiche technique :
Réalisateur : Cecil B. DeMille
Scénario : Kirk La Shelle d'après le roman d'Owen Wister.
Image : Alvin Wyckoff
Production : Jesse L. Lasky Feature Play Company
Durée : 55 minutes (5 bobines)
Lieu de tournage : Santa Clarita, Newhall, San Diego, Californie.
Distribution : Dustin Farnum : Le Virginien ; Winifred Kingston : Molly Wood; Jack W. Johnston : Steve ;
William Elmer : Trampas .

Dustin Farnum et Winifred Kingston :
Image

Image

Dustin Farnum :
Image




__________________________________________
The Rose of the Rancho
__________________________________________
Kearney est un agent secret venu en Californie investiguer sur une fraude foncière. Esra Kincaid
s’approprie de force les terres d’Espinoza et convoite celles des Castro. Kearney l’en empêche
et tombe amoureux de Juanita, la Rose du Rancho.
Voir les remakes : viewtopic.php?f=1&t=2252&start=90#p222130

Fiche technique :
Réalisateur : Cecil B. DeMille
Scénario : Cecil B. DeMille. D'après la pièce de David Belasco.
Image : Alvin Wyckoff
Production : Jesse L. Lasky Feature Play Company
Durée : 74 minutes - 1521 mètres (5 bobines)
Lieu de tournage : Lasky Ranch, Los Angeles
Distribution : Bessie Barriscale : Juanita Castro; Dick La Reno : Esra Kincaid; Jack W. Johnston : Kearney;
Monroe Salisbury : Don Luis Del Torre

Une scène du film :
Image


____________________________________________________________________________



Lon Chaney (1883- 1930)


Image


Lon Chaney était un nom qui avait subsisté dans l'imaginaire de mon enfance, on s'amusait à se faire
peur en le prononçant. Je ne me souviens pas avoir vu ne serait-ce qu'un de ses films.

Ses parents étaient sourds et c'est ainsi qu'il a pu développer un certain sens de la mimique et de la
gestuelle pour communiquer avec eux. Au cours de ses allées et venues dans la ville, Lon Chaney observait
les gens et les évènements auxquels il assistait et à son retour faisait des petits sketchs pour divertir
ses parents.
En 1895 rejoint son frère ainé dans le Colorado et travaille comme accessoiriste, machiniste et peintre
de décors. Dès 1901 il obtient son premier rôle dans une troupe de théâtre itinérante.
En 1912, Lon Chaney grâce à son ami Lee Moran, intègre les studios Universal et l'année suivante joue
dans un premier film The Ways of Fate, ensuite il enchaîne des comédies, des mélodrames et des westerns,
dont Bloodhounds of the North.
En 1918 William S. Hart lui propose un rôle de méchant dans Riddle Gawne.
Lon chaney a joué dans une douzaine de westerns, tous fait durant la période du cinéma muet, Northwest de
1922 est son dernier.
Mais sa célébrité viendra surtout des films dramatiques et d'épouvante, tels : Le bossu de Notre-Dame ;
The Miracle Man ; The Penalty ou encore L'inconnu de Todd Browning.

Lon Chaney dans L'inconnu :
Image



« C'est en regardant Lon Chaney que j'ai appris le plus sur ce qu'est le métier d'acteur.
C'est ainsi que pour la première fois, j'ai pris conscience de la différence entre se tenir
debout devant une caméra et savoir jouer. »
Joan Crawford.


Joan Crawford et Lon Chaney dans L'inconnu
Image



____________________________________________
By the Sun's Rays
____________________________________________
Des bandits attaquent les convois d'or durant leur transfert. John Davis, le directeur soupçonne des
complicités à l'intérieur de la mine. Un détective John Murdock est envoyé pour enquêter avec l'aide
de la fille du directeur...
A plusieurs reprises à l'intérieur d'un bureau on aperçoit les pages d'un livre bouger à cause du vent, ceci
s'explique parce que les tournages avaient lieu en extérieur ou dans des hangars sans toit, pour profiter
du seul éclairage naturel, le soleil.
Lon Chaney a tourné près de 130 films, une bonne partie a disparu et celui-ci est le plus ancien
ayant survécu.
Le site Archive.org. présente le film : https://archive.org/details/by_the_suns_rays

Fiche technique :
Réalisateur : Charles Giblyn (Le site Archive. org accrédite Tod Browning?)
Production : Nestor Film Company
Durée : 11,24 minutes - 300 mètres (1 bobine)
Lieu de tournage : Hollywood, Los Angeles.

Charles Giblyn :
Image


Distribution : Murdock MacQuarrie : John Murdock, detective; Lon Chaney : Frank Lawler,
le greffier; Seymour Hastings : John Davis; Agnes Vernon : Dora, fille de John Davis; Richard
Rosson : le bandit.

Murdock MacQuarrie, Lon Chaney, Agnes Vernon et Richard Rosson :
Image.Image.Image.Image


Murdock MacQuarrie, Lon Chaney et Agnes Vernon :
Image



____________________________________________
The Tragedy of Whispering Creek
____________________________________________
"Dans une petite communauté minière, une jolie fille orpheline est fiancée à un mineur nommé Bashful Bill.
Un mexicain appelé "Greaser", sillonne la ville et s'avère une menace pour tous les citoyens. Un jour Bill
le trouve intimidant deux amoureux et lui donne une correction. Un jeune étranger arrive en ville et se
blesse accidentellement en nettoyant son revolver. La jeune fille le conduit dans sa cabane pour soigner sa
blessure. Peu après elle se fait agresser par Greaser, mais l'étranger vient à son secours.
L'inconnu tombe amoureux de la jeune fille, ignorant que celle-ci est fiancée. Bill comprend, mais galamment
permet à la jeune fille de choisir librement celui qu'elle souhaite. L'étranger apprend la vérité, grand seigneur,
quitte la ville. En chemin, du haut de la colline, il voit le Mexicain sur le point de tirer sur Bill et la jeune fille
et intervient. "Greaser" est tué, mais l'étranger meurt aussi dans la bagarre."
The Films of Lon Chaney, Sr.
Film considéré perdu.

Réalisateur : Allan Dwan
Scénario : Lon Chaney, d’après une histoire de Elliot J. Clawson
Image : Lee O. Bartholomew
Production : 101 Bison
Durée : 20 minutes - 600 mètres (2 bobines)

Distribution : Murdock MacQuarrie : l’étranger; Pauline Bush : la fiancée;
William C. Dowlan : Bashful Bill ; Lon Chaney : Greaser.

Lon Chaney à droite :
Image




_____________________________________________
The Girl Stage Drive
_____________________________________________
El Paso Kid et son complice attaquent la dilligence et tuent le conducteur qui est le père de Ruth.
Celle-ci prend la place de son père. Le shérif part à la recherche des voyous et est fait prisonnier...
Ce film longtemps considéré perdu a été retrouvé dans les archives de la New Zealand
Film Archive, en 2010.
Le studio producteur de ce film, Eclair American est une filiale de la compagnie française Éclair
active à New York dès 1909, à Fort Lee en 1911, et enfin à Tucson en 1913. Le studio Eclair cesse
toute productionaux USA en 1922.
The Girl Stage Drive est preservé par la National Film Preservation Foundation (NFPF).
Voici le lien de la NFPF où vous pouvez voir ce film : https://www.google.fr/url?sa=t&rct=j&q= ... 6531,d.d2s

Fiche technique :
Réalisateur : Webster Cullison
Production : Eclair American
Durée : 600 mètres (2 bobines)
Lieu de tournage : Tucson, Arizona.

Distribution : Norbert A. Myles : Shériff; Edna Payne : Ruth; Will E. Sheerer : Père de Ruth; Henry Stanley : El Paso Kid.

Edna Payne dans quelques scènes du film :
Image

Image

Image



_________________________________________
Salomy Jane
_________________________________________

En Californie, en 1852, la belle Salomy Jane résiste à l’harcèlement d'un ruffian. Un étranger Jack Dart
vient à son secours et le tue. Jack s'enfuit, car il est aussi soupçonné de l’attaque de la diligence et est
activement recherché .
Il est capturé pour être aussitôt lynché mais Salomy Jane…
Première apparition à l’écran de la chanteuse lyrique Beatrice Michelena, d’origine vénézuélienne,
pressentie, par son coté « latin » pour concurrencer Mary Pickford mais, sans obtenir le succès attendu ,
même s’il y a eu quelques bonnes critiques .
Première apparition, également de Jack Holt, dans un petit rôle, non crédité.
Ce film avait brulé dans l’incendie, provoqué par un gamin farceur, de la California Motion Picture
Corporation
. Néanmoins, une copie a été retrouvée en Australie, en 1996.
La National Film Preservation Foundation l’a inclus Salomy Jane dans le DVD Treasures 5: The West 1898-1938,
édité en 2011.
Il y a eu deux autres versions, l’une, muette aussi, en 1923, avec le même titre, et l’autre sonore, en 1932,
intitulé Wild Girl de Raoul Walsh.
Un extrait est visible ici : https://www.google.fr/url?sa=t&rct=j&q= ... 6531,d.bGg
Voyez aussi les remakes : viewtopic.php?f=1&t=2252&start=90#p222239

Fiche technique :
Réalisateur : Lucius Henderson, William Nigh
Scénario : Paul Armstrong . D'après le roman de Bret Harte.
Image : Arthur Pawelson et A. Cadwell
Production : California Motion Picture Corporation
Durée : 85 minutes - (5 ou 6 ? bobines)
Lieu de tournage : Californie

Distribution : Beatrice Michelena : Salomy Jane Clay ; House Peters : Jack Dart ; William Pike : Red Pete Heath ; Clara Beyers : Mme. Heath; Andrew Robson, Jack Holt.

Beatrice Michelena
Image

Clara Beyers et William Pike :
Image

Beatrice Michelena et House Peters dans Lagunitas Creek :
Image


_____________________________________________________________




Un coffret avec des westerns muets :

__________________________________________
Treasures 5: The West 1898-1938 :
__________________________________________
Edité par la National Film Preservation Foundation : https://www.google.fr/url?sa=t&rct=j&q= ... 6187,d.bGs
40 films dans 3 DVD.
Voir DVD Beaver : https://www.google.fr/url?sa=t&rct=j&q= ... 6187,d.bGs

Image



A suivre...
Modifié en dernier par Hombre le 24 févr. 2017 21:34, modifié 37 fois.

Vince
Chef Sioux
Chef Sioux
Messages : 140

Re: Le Western muet : Un aperçu chronologique 1903 - 1929

Messagepar Vince » 28 janv. 2017 19:04

Cher Hombre ! Pour info, "An Apache Gratitude" (1913) joué par Tom Mix est sorti à Paris le 10 Octobre 1913 sous le titre "Gratitude d'apache". Il a été présenté à la corporation le 22 Septembre 1913 à Paris. J'ai beaucoup d'informations de ce type si cela vous intéresse.

Avatar du membre
Hombre
Westerner
Westerner
Messages : 2498

Re: Le Western muet : Un aperçu chronologique 1903 - 1929

Messagepar Hombre » 29 janv. 2017 18:35

:num1

Bonjour Vince. Bien entendu tout cela m'intéresse.
Tu peux me contacter par MP. Merci d'avance.

Avatar du membre
pak
Westerner
Westerner
Messages : 2497
Localisation : Massy town
Contact :

Re: Le Western muet : Un aperçu chronologique 1903 - 1929

Messagepar pak » 29 janv. 2017 18:49

:applaudis_6:

Bon, je me permets un petit ajout. L'importance de Hart fut assez récemment "officialisée" par une inscription du film Le Serment de Rio Jim au National Film Registry en 2010 (voir là : viewtopic.php?f=7&t=16278&p=224362&hilit=r%C3%A9compens%C3%A9s#p224415), lui assurant ainsi une sorte de postérité.

Mais c'est en fait le second film de l'acteur distingué puisque le premier a été Le Justicier (Hell's Hinges), film de 1916, que l'institution a choisi dans une de ses premières éditions (en 1994, alors que l'institution a débuté sa sélection de films à préserver en 1989).
Quand on joue dans un western, on peut embrasser le cheval mais pas l'actrice.

Gary Cooper


http://www.notrecinema.com/

Le quiz western 2014

Avatar du membre
HART
Comanche
Comanche
Messages : 771

Re: Le Western muet : Un aperçu chronologique 1903 - 1929

Messagepar HART » 29 janv. 2017 20:09

Réponse rapide à Pak pour ne pas trop polluer le beau sujet présenté par Hombre .
Tu as tout à fait raison , l'inscription de The Bargain au NFR a été essentielle pour la reconnaissance de l'acteur : deux films distingués en comptant Hell's Hinges ( LE chef d'oeuvre ! ) , cela a permis de réévaluer cet acteur auprès des historiens du cinéma.
Ceci dit , les deux films ne sont pas de même valeur , Hell's Hinges étant d'un niveau incomparablement supérieur.
A voir également On the Night Stage ( film retrouvé après avoir été longtemps considéré perdu ) tourné la même année que The Bargain , où Hart tient un rôle encore plus intéressant.

kiemavel
Sioux à l'oeil de Linx
Sioux à l'oeil de Linx
Messages : 589

Re: Le Western muet : Un aperçu chronologique 1903 - 1929

Messagepar kiemavel » 29 janv. 2017 20:26

A chaque fois que Hombre va au taf, ça se voit. Beau sujet, joliment illustré et mis en page :applaudis_6:

:sm43:

Avatar du membre
Hombre
Westerner
Westerner
Messages : 2498

Re: Le Western muet : Un aperçu chronologique 1903 - 1929

Messagepar Hombre » 15 févr. 2017 18:00

Année 1914 (Suite)



Raoul Walsh (1887 – 1980)

Image


Avant d’être acteur et réalisateur, Raoul Walsh a eu, c'est le moins que l’on puisse dire, une vie aventureuse.
Étant encore adolescent, il perd sa mère. Ses lectures d’enfance le font rêver d’une vie de cow-boy. Un oncle,
capitaine d’un navire marchand l’amène avec lui pour un voyage, qui s’avérera plus long que prévu, partant
de New York, sa ville natale, vers Cuba. Au retour, le bateau se voit accoster d’urgence du coté de Veracruz,
Mexique. Walsh y fait la connaissance de Rodriguez et à l’âge de 16 ans, celui-ci lui apprend à devenir un grand
manieur de lasso et le meilleur de cavaliers. Il sait aussi rouler une cigarette d’une main, comme personne.
Il s'initiera au dur métier de cow-boy conduisant du bétail, du Mexique jusqu’au Texas « avalant une bonne partie
de la terre du nord-est mexicain »,
et il avait selon ses dires «la peau cuivrée d’un Indien et une santé de fer".
Puis, il a convoyé des chevaux sauvages par le train cette fois, jusqu’au Montana. Là il exerce différents métiers,
notamment assistant d’un chirurgien français se disant le fils du chirurgien attitré de Napoléon, avec lui, il fait
la connaissance de « La Duchesse » et de ses « filles » avec lesquelles Raoul allait se baigner à la rivière, tout nu…
effrayant ainsi les honnêtes gens. Embauché dans une entreprise de pompe funèbre ayant un patron avare qui
ne payait pas ses employés, Raoul se vengea en mettant le feu au bâtiment avant de filer à San Antonio.
En 1908, au Texas Walsh est dresseur des chevaux pour le compte de l’armée et là, sous un perron, on peut
imaginer son allure ! Quelqu’un le toise et lui demande : « tu cherches du boulot cow-boy ? ». Cette anecdote
marque ses débuts au théâtre.
Poussé par un ami comédien il part pour New York. Le studio Pathé l'engage parce qu’il sait monter à cheval
et surtout pour sa dégaine de cow-boy. Il joue des petits rôles dans des westerns sans chevaux … Un jour,
le réalisateur Christy Cabanne remarque Walsh jouant du lasso, l’embauche et dès le lendemain il gravit les
escaliers du célèbre immeuble de la Biograph situé dans la 14e Rue. Sans perdre du temps, Walsh joue un tout
petit rôle dans un film, Walsh se rappellera « mon rôle était si mince que je vis le film deux fois pour être bien
sûr que je figurais »
. Il enchainera ainsi les films d’une ou deux bobines aux cotés de Blanche Sweet, Mary Pickford,
Dorothy et Lillian Gish mais aussi Lionel Barrymore.

En 1913, Griffith fonde la Fine Arts Film Company et s’installe en Californie. Raoul Walsh fait partie du voyage
et nous raconte : « Lorsque la compagnie fut rassemblée à Grand Central Station pour prendre le train pour la
Côte Ouest, nous ressemblions à des passagers de l’arche de Noé. En plus de Griffith et de son directeur de studio,
Frank Woods, il y avait trois metteurs en scène dont Christy Cabanne et Billy Bitzer, le cameraman, qui avait tant
« innové » à l’écran aux cotés de Griffith. La troupe d’acteurs et d’actrices, de comédiens et d’adolescents,
comprenait entre autres les sœurs Gish, Walthall et Donald Crisp. Toute cette équipe, y compris Jack, Lottie
Pickford et moi-même, plus une petite armée de techniciens et de machinistes : telle était la force de travail
rassemblée pour envahir la Californie et parrainer la naissance de cet enfant nommé Hollywood ».

En 1914, Griffith apprend que Walsh a vécu au Mexique et lui propose d’aller tourner un film avec Pancho Villa.
Le jour même il prend le train pour le Mexique rejoindre l’armée de Pancho Villa que se trouvait de l’autre coté
de la frontière d’El Paso. Durant deux semaines, il accompagne Pancho Villa dans sa progression de Juarez à Mexico,
« elle fut épique – sanglante, violente, truffée de pillages – mais épique néanmoins », filmant les batailles de
Durango, les soldats tombaient devant sa caméra. Il a filmé ainsi les trois généraux lors de la prise de Mexico :
Villa, Zapata et Obregón assis à une table de conférence. Au retour en Californie, il est dirigé par Christy Cabanne
dans le rôle de Villa jeune dans la partie romancée de The Life of Pancho Villa. Inutile de chercher ce film,
il est considéré perdu.

Raoul Walsh dans le rôle de Villa jeune dans The Life of Pancho Villa :
Image


Un jour il reçoit la visite de Jack London et Wyatt Earp, désireux de rencontrer l’homme
qui avait côtoyé et filmé Pancho Villa. Charles Chaplin se joint à leur table « Je passai un excellent moment à les
écouter et j’ai regretté par la suite de ne pas avoir pu enregistrer leur conversation ».
Assistant de Griffith notamment dans Naissance d'une Nation, il dirige les scènes de batailles et joue également
le rôle de John Wilkes Booth, l'assassin de Lincoln.

Raoul Walsh en John Booth dans Naissance d'une Nation de Griffith :
Image


En 1915, tourne son dernier film pour la Fine Arts. Puis, il repart travailler à New York pour la Fox avec qui il
tourne Regeneration, « qui fut le premier long métrage de gangsters jamais tourné » selon Walsh lui-même.
Au moment de la guerre 14-18 il travaille pour le Service de Transmissions de l’armée, montant les films
documentaires venant d'Europe. Il est réformé avec le grade de lieutenant.
Il a dirigé les grandes stars du muet : Theda Bara, la première Vamp d’Hollywood, dans ses premiers succès,
ainsi que Pola Negri, Gloria Swanson, Douglas Fairbanks… Il remet en selle Tom Mix, qui se trouvait dans une
mauvaise passe, avec le western The Lone Cowboy.


A part ceux d’une ou deux bobines, il réalise peu de westerns dans sa période muette, en fin de compte.
On peut citer : Blue Blood and Red de 1916; The Conqueror, et Betrayed, les deux de 1917; Evangeline de 1919.

Il est vrai, qu'en ce qui concerne le western, Walsh s’est illustré davantage dans la période du cinéma sonore
de sa carrière.

Cet article c'est inspiré du livre Un demi-siècle à Holliwood de Raoul Walsh.
Voir aussi : viewtopic.php?t=6289#p54052

Raoul Walsh durant le tournage de La piste des géants :
Image




____________________________________________
The Life of Pancho Villa
____________________________________________

Fiche technique :
Réalisateur : Christy Cabanne, Raoul Walsh
Scénario : Frank E. Woods, Raoul Walsh
Production : Mutual Film
Durée : 105 minutes (7 bobines)
Lieu de tournage : Mexique.

Christy Cabanne, Raoul Walsh et Frank E. Woods :
Image. Image. Image


Distribution : Pancho Villa : lui-même; Irene Hunt : sa sœur aînée; Teddy Sampson : sa sœur cadette;
Raoul Walsh : Villa, jeune; W.H. Lawrence : un officier fédéral; Walter Long : un officier fédéral;
Mae Marsh; Juano Hernandez...

Pancho Villa, Irene Hunt et Teddy Sampson :
Image.Image.Image


Raoul Walsh et Walter Long :
Image.Image



__________________________________________________________________________





Charles K. French (1860 – 1952)



Image


Charles Edward Krauss French était un acteur, scénariste et metteur en scène très prolifique,
dès 1909.
On le voit dans certains westerns au début du muet chez Balshofer, Ince ou Griffith; aux cotés
de Hoot Gibson, Tom Mix, Buck Jones ainsi que William S. Hart.
Arrivant au cinéma presque à 50 ans, (il est né avant la guerre de Sécession), mais auparavant
comme beaucoup de pionniers de cette époque, il exerce toutes sortes de métiers : acteur de
théâtre, joueur de banjo, occupant différents emplois derrière les coulisses des compagnies
théâtrales. En 1893 il joue à Pittsburgh, la même année est a New York; en 1894 à Saint Louis,
en 1896 dirige la pièce « Kentucky ».
Dans les années 1900 tourne avec les troupes de comédies musicales, à Boston, Cincinnati,
Chicago, Ohio...
A 49 ans il apparaît pour la première fois au cinéma dans The Cord of Life de Griffith, ensuite
au cours des deux prochaines années il se produit dans près de 200 films pour la Bison. Il fait
partie du premier groupe qui arrive à Edendale.
Durant trois ans il est assistant manager, producteur, réalisateur et acteur dans les westerns
produit par les studios de la Pathé.
En 1914, il dirige la Kay-Bee Company. Il renoue une amitié avec avec Thomas Ince, qui l'avait
engagé dans des dizaines de ses premiers films.
Dans les années 20 tourne beaucoup des westerns, restant ainsi actif jusqu'à très tard dans sa vie.

Image


____________________________________________
The Invaders (1913)
____________________________________________

Fiche technique :
Réalisateur : George Melford
Production : Kalem Company
Durée : 600 mètres (2 bobines)
Lieu de tournage : Glendale, Verdugo Canyon, Californie

George Melford:
Image


Distribution : Carlyle Blackwell (John Thorpe); Marin Sais (Helen Sawyer); William H. West (Père de Helen);
Charles K. French (Kennedy).

Carlyle Blackwell, Marin Sais, Charles K. French :
Image.Image.Image




________________________________________________________________________





Nestor Film Company


La Nestor Film Company a été fondée en 1909 en tant que filiale de la Centaur Film Company* sur la
côte Ouest.

La Nestor est le premier studio installé à Hollywood à Gower Street, le 27 octobre 1911, une troupe de
40 personnes y arrive. Les équipements sont envoyés par train : trois caméras, des produits chimiques
et toutes sortes d'accessoires dans le but de produire trois films par semaine : un western, un « eastern »
et une comédie.

1911 : Arrivée de la troupe à Hollywood :
Image


Durant le trajet dans le train, David Horsley et Al Christie font la connaissance du propriétaire du restaurant
Blondeau Tavern qui périclite dû à la loi sèche de la prohibition . La Nestor loue donc et s'installe dans les
locaux du dit restaurant.

Blondeau Tavern : Le premier studio de cinéma à Hollywood a été construit par
David Horseley pour Christie Film Co. Le bâtiment est à l’angle de Sunset Boulevard
et Gower Street. Dans cette photographie prise en 1911, aucun signe n’est visible
sur le bâtiment. Une voiture est garée à l’extérieur sur Gower Street, visible à droite :
Image


Dès le début, le studio crée un département pour la production de westerns d'une bobine, supervisé par
Al Christie. A un moment donné le lieu, envahi par les acteurs, cow-boys et indiens attendant les tournages,
est alors rebaptisé « Gower Gulch ».
Leur première production est un western : The Law of the Range, réalisé par Milton J. Fahrney. On citera
également Her Indian Hero, de Al Christie, Jack Conway et Milton J. Fahrney.

Nestor Studio, 1913 : ici, des automobiles sont alignés à l’angle de Sunset Boulevard et
Gower Street à droite. Sur l’écriteau on lit « Christie Film Co. » et « Nestor Comedies,
Universal Films . » Sur la photo : Charles Christie, Horace Davey, Al Christie, Nadgi chef
caméraman ; George French, Gus Alexander, Harry Rattenburg, Lee Moran, Eddie Lyons,
Billie Rhodes et Eddie Barry. La photographie est signée Witzel :

Image


La Nestor épate par la qualité de l'image et la régularité à laquelle sortait ses films, cela dû au beau temps
qui régnait à Hollywood. Les studios de l'est souffrant du climat changeant ne tarderont pas à venir s'installer
en Californie.

En 1912, la Nestor fusionne avec la Film Manufacturing Company Universal, dirigée par Carl Laemmle et
deviendra Universal Pictures.

*Centaur Film Company, située à Bayonne, New Jersey a été fondée en 1907, par les frères David et William Horsley.


Détail de la première photo panoramique : on aperçoit Bill Piltz, cameraman ; Al Christie, réalisateur ;
Walter Pritchard, opérateur ; Milton H. Fahrney (à cheval), réalisateur de Westerns ;
David Horsley avec son jeune fils ; Tom Harding, opérateur et Thomas Ricketts,
réalisateur des drames et comédies :

Image

Photos : Wikipédia.


______________________________________________
The Law of the Range (1911)
______________________________________________
Film considéré perdu.

Fiche technique :
Réalisateur : Milton J. Fahrney
Scénario : Milton J. Fahrney
Production : Nestor Film Company
Durée : 259,08 mètres (1 bobine)
Lieu de tournage : Hollywood, Californie

Milton J. Fahrney :
Image


Distribution : Harold Lockwood : Jack Corning, fils du shérif.

Harold Lockwood :
Image


Harold Lockwood, Milton J. Fahrney, David Horsley :
Image




___________________________________________
Her Indian Hero
___________________________________________
« Silver Water, le fils du Chef, est de retour après ses études et sa tribu se rend à la gare pour l’accueillir .
Les Indiens se réjouissent et s'apprêtent à le fêter . Hal Benton, un homme de l’est, loge à l'hôtel avec
quelques amis, sa fiancée, Veda Mead, et son père. Sachant que les cérémonies indiennes peuvent les intéresser,
Hal obtient la permission d’y venir avec eux. Le chef présente Morning Star, une jeune indienne, à son fils,
sa future squaw. Silver Water est visiblement heureux. Le lendemain, Hal Benton et ses amis arrivent.
Pendant que les autres visitent le camp, Veda Mead s'amuse longuement avec Silver Water et la vanité de l'Indien
est touchée par l’attention que lui porte la coquette ; il lui donne rendez-vous pour le lendemain, mais leur
entretien est interrompu par l'arrivée de Morning Star. Le lendemain, ils se voient et ... »
IMDb.

Fiche technique :
Réalisateur : Al Christie, Jack Conway et Milton J. Fahrney
Production : Nestor Film Company
Durée : 300 mètres (1 bobine)
Lieu de tournage : Hollywood, Californie

Al Christie, Jack Conway et Milton J. Fahrney :
Image.Image.Image


Distribution : Jack Conway : Hal Benton ; George Gebhardt : Silver Water ; Dorothy Davenport : Veda Mead ; Victoria Forde : Morning Star ; Russell Bassett : M. Mead, père de Veda

Dorothy Davenport, Victoria Forde, et Russell Bassett :
Image.Image.Image


__________________________________________________________________




101 Ranch


Le 101 Ranch ne comptait pas moins de 200 cowboys et Indiens :
Image

En 1893, George Washington Miller commence par louer des terres à la tribu Quapaw, dans le territoire
Indien d'Oklahoma, s'agrandissant pour devenir ainsi le plus grand ranch des USA avec une superficie
de 44.515 hectares.
En 1903 à la mort du père, ses 3 fils Zachary, George et Lee reprennent le ranch .

Les frères Miller :
Image

En 1905, les frères Miller organisent l'Oklahoma's Gala Day, spectacle donné dans le but de montrer le
savoir faire des cow-boys ainsi que des indiens. Le show a un grand succès ce qui pousse les frères Miller
à prendre la route avec leur troupe. La tournée débute en 1907, à Brighton Beach, New York.

Les frères Miller engagent pour l'Oklahoma's Gala Day, le chef Geronimo, dûment escorté par
la garde militaire de Fort Still, ici au volant. Le chef a tué un buffle avec sa voiture, signé des autographes
et vendu des souvenirs. Edward Le Clair, membre de la tribu Ponca est sur le siège passager avant :

Image


C'est durant une escale en Californie que Thomas H. Ince de la Bison les embauche
pour tourner des westerns. Le 101 Ranch comptait des dizaines de cow-boys et d'Indiens, des troupeaux
de bétail, des diligences, des tipis et accessoires divers qui serviront pour le tournage des westerns.
Mais la collaboration fructueuse des frères Miller avec la Bison est de courte durée car la maison mère
de celle-ci, la New York Motion Picture Company est absorbée par l'Universal de Carl Laemmle qui
continuera à produire des westerns sous le label 101 Bison.

Thomas H. Ince signe un contrat avec Miller Brothers 101 Ranch Wild West Show, qui comprenait
des nombreux cow-boys, des chevaux, du bétail, et même toute une tribu Sioux qui avait installé leurs tipis
dans Inceville :
Image


Juste avant la première guerre mondiale le 101 Ranch fait une tournée en Europe qui s'avèrera
financièrement catastrophique, car l'armée anglaise leur confisquera les chevaux, les wagons
du spectacle et en Allemagne ils seront soupçonnés d'espionnage; ce qui les mettra dans de grandes
difficultés . Comme un malheur n'arrive jamais seul, la Grande Dépression débute et leurs
dettes s'agrandissent. Après quelques tentatives infructueuses le 101 Ranch est mis aux enchères, en 1932.

Le Ranch 101 s’est fait un devoir de présenter des artistes femmes et inventa le terme Cowgirl :

Image



Plusieurs vrais cowboys devenus artistes du 101 Ranch ont continué leur
carrière dans l'industrie cinématographique naissante. On citera :

Art Acord
Tom Mix
Hoot Gibson
Buck Jones
Will Rogers
Jack Hoxie
Tex Ritter



_____________________________________________
The Mysterious Hand
_____________________________________________
Film probablement perdu.

Fiche technique :
Réalisateur : Francis Ford
Scénario : Grace Cunard
Production : 101 Bison
Durée : 30 minutes - 900 mètres (3 bobines)

Distribution : Grace Cunard : Lady Raffles; Francis Ford : Detective Phil Kelly; Arthur Moon;
Duke Worne; John Ford; Victor Goss.




_____________________________________________
A Daughter of the Redskins
_____________________________________________
Film probablement perdu.

Fiche technique :
Réalisateur : Henry MacCrea
Production : 101 Bison
Durée : (2 bobines)

Distribution :
William Clifford : Tomaka : jeune chef Indien; Marie Walcamp : Wanana, jeune squaw;
Sherman bainbridge : Père de Wanana; Val Paul.


______________________________________________
Life on the 101 Ranch, Bliss Oklahoma
______________________________________________
Première apparition dans un film de la future star du western Buck Jones.

Fiche technique :
Production : Miller Brothers 101 Ranch
Durée : 30 minutes – 900 mètres (3 bobines)
Lieu de tournage : Bliss, Oklahoma

Distribution : Duke R. Lee : Officier; Princess Sunshine : Jeune Indienne; Buck Jones : Sergeant;
101 Ranch Cowboys : Cowboys and Soldiers.

Duke R. Lee et Buck Jones :
Image.Image


Le 101 Ranch Cowboys :
Image




A suivre...
Modifié en dernier par Hombre le 23 mars 2017 20:44, modifié 27 fois.



Retourner vers « Le Western : thématiques, classements et autres sujets de l'Ouest »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 7 invités