Le Western muet : Un aperçu chronologique 1903 - 1929

Le western au travers de ses thématiques, de classements de films, ...
Avatar du membre
yves 120
Grand Sachem
Grand Sachem
Messages : 4542
Localisation : antibes juan les pins " capital du jazz "

Re: Le Western muet : Un aperçu chronologique 1903 - 1929

Messagepar yves 120 » 15 févr. 2017 18:15

Hombre , :sm43:
" Qu' est - ce qu 'un revolver ? Ni pire ni mieux qu 'un autre outil , une hache , une pelle ou une pioche .
Qu 'il en sorte du bien ou du mal dépend de qui s'en sert . " SHANE

Avatar du membre
Hombre
Westerner
Westerner
Messages : 2472

Re: Le Western muet : Un aperçu chronologique 1903 - 1929

Messagepar Hombre » 16 févr. 2017 4:05

yves 120 a écrit :Hombre , :sm43:


Merci Yves. :beer1:

Avatar du membre
Hombre
Westerner
Westerner
Messages : 2472

Re: Le Western muet : Un aperçu chronologique 1903 - 1929

Messagepar Hombre » 24 mars 2017 23:44

Année 1915



W. S. Hart dans The Sheriff's Streak of Yellow :
Image
Photo: The Complete Films of William S. Hart. Diane Kaiser Koszarski.


W.S. Hart et l’année 1915

Par Marc


Pour William S. Hart , 1914 fut l’année de la notoriété.
1915 fut , elle aussi , essentielle car c’est au cours de celle-ci que l’acteur pérennisa son image.
17 films , tous réalisés et interprétés par Hart sortirent sur les écrans américains en 1915 , parmi
ceux-ci 14 westerns.

Thomas H. Ince produisit tous ces films. D’abord par l’intermédiaire de la New York Motion Pictures
Company pour les 16 premiers , et via The Triangle Film Corporation pour le dernier , The Disciple ,
lequel marqua une étape pour Hart par l’accession à des productions plus prestigieuses.

Mais c’est d’abord par les films de la New York Motion Pictures que l’acteur-réalisateur fit ses
preuves en termes artistiques et financiers.
Ces films de 2 bobines pour la plupart , étaient tournés en 2 semaines et pour moins de 2000 $ .
Ils contribuèrent à faire de Hart une référence dans l’industrie cinématographique américaine.
Par leur intrigue simple mais palpitante et leur réalisation fluide et sans fioritures , ces métrages
passionnèrent le public.
De plus , leur modèle économique de production ( des coûts limités , des délais de tournages assez
courts , et donc des sorties fréquentes tout au long de l’année ) garantissait une forte probabilité
de rentabilité.
Hart fut d’ailleurs sollicité par d’autres producteurs, qui lui proposèrent un salaire plus élevé ,
mais il resta fidèle des années à celui qui lui avait donné sa chance.
Ince en joua probablement et augmenta les émoluments de son collaborateur de façon très mesurée.
Fin 1915 , lors de son passage à la Triangle Films , Hart obtint un salaire de 1000 $ par semaine.
Conséquent , certes , mais dix fois moins que Chaplin au même moment.

Hart , cumulant sur chaque film les responsabilités de metteur en scène et d’acteur principal, s’épuisa
à la tâche , il déclara par la suite : « Je travaillais seize heures par jour et j’étais stressé les huit autres. »

Il est notable que l’acteur se diversifia dès cette année en tournant trois films qui n’étaient pas des
westerns , son genre de prédilection :
The Darkening Trail est un mélodrame très noir se déroulant en Alaska.
The Ruse est un vrai film de gangster où un westerner affronte les gangs de Chicago .
The Roughneck est un drame social sur fond de rivalités amoureuses et financières.

il est remarquable que les personnages joués par Hart , aussi différents soient-ils et quelque soit leur
environnement, montrent tous les mêmes caractéristiques : tenacité , détermination , rigueur et
finalement dévotion .
Qu’il soit hors-la-loi , shérif , enquêteur , mineur ou pasteur , le même personnage apparait toujours
en filigrane.
Cela est d’abord dû à l’interprétation de l’acteur (peu de gestes , beaucoup d’intensité dans le regard ,
une distance apparente) mais aussi au scénariste C.Gardner Sullivan dont l’écriture des rôles destinés
à Hart fit beaucoup pour la notoriété de l’acteur.
Dans le western , cette fusion de l’image de l’acteur avec celle de ses personnages fut telle que
ceux –ci se virent souvent affublés d’un nom identique lors de la distribution des films à l’étranger.
Rio Jim en France par exemple. On peut parler ici de la naissance d’une icône.

On ne peut pas vraiment dire que l’année 1915 soit l’année des chefs d’œuvres pour William Hart,
ceux-ci arriveront l’année suivante. Mais les films de cette année qui sont encore visibles ne manquent
pas de qualités , en particulier l’émouvant Pinto Ben , la destinée tragique d’un mustang , inspiré par
un poème écrit par Hart lui-même.

L’un des westerns les plus emblématiques de cette année 1915 est le sombre The Taking of Luke Vane .


_________________________________________
The Taking of Luke Vane (La Capture de Rio Jim)
_________________________________________

Luke , un chercheur d’or, arrive dans une petite ville avec son pécule , durement acquis.
Il y rencontre Mercedes , entraineuse de Saloon dont il tombe amoureux.
Au cours d’une altercation avec un joueur de poker qui veut le dépouiller , il abat son adversaire en
légitime défense.

Luke McVane défends Mercedes des assiduités indésirables de Garcia :
Image
Photo: The Complete Films of William S. Hart. Diane Kaiser Koszarski.


Inquiet des conséquences de son geste , il prend la fuite dans le désert , traqué par le shérif et les
amis de la victime.
Le shérif perd sa piste , mais son adjoint Jim , isolé , retrouve la trace du fugitif.
Luke lui tend une embuscade et le blesse sérieusement. Toutefois , il ne se résout pas à abandonner
sa victime dans le désert.

Cliff Smith, (au centre) assistant réalisateur de Hart joue le rôle de l’adjoint blessé :
Image


Le blessé est amené par Luke à l’abri d’une cabane oubliée. Le tireur y soigne son malheureux poursuivant.
Luke raconte à Jim les circonstances de l’acte qui lui est reproché et souhaite être jugé honnêtement.
L’adjoint lui promet son aide et lui propose de rentrer en ville pour se justifier. Luke accepte.
Sur la route du retour, les deux hommes sont attaqués par une bande d’indiens.
Le shérif , qui a repris la traque , retrouvera les cadavres de Luke et Jim , gisant dans le désert.
Mercedes se recueillera seule sur la tombe rudimentaire de Luke.

Largement tourné en extérieurs , ce western de 25 mns fait la part belle à l’action.
La séquence du dernier combat des deux héros , encerclés par les indiens est magnifique : plans lointains
et rapprochés se succèdent , faisant progressivement admettre au spectateur la destinée tragique des
personnages.

McVane et l'adjoint sont attaqués par les Apaches :
Image
Photo: The Complete Films of William S. Hart. Diane Kaiser Koszarski.


Hart, toujours aussi charismatique joue avec sa sobriété habituelle cette victime du destin , le chercheur
d’or devenu hors-la-loi.
Subtilement ,son comportement souvent impassible laisse filtrer un certain désarroi lorsqu’il évoque le
sort tragique qui est le sien.
La fin du film surprend par sa noirceur : ici pas de pure jeune fille pour remettre le héros dans le droit
chemin , juste une entraineuse qui arrivera trop tard.
Au bout de la piste , pas de vie nouvelle , que la mort dans la poussière.
Cette conclusion reste mémorable.
Hart réalisateur n’est pas un styliste , sa mise en scène concise et dépouillée convient parfaitement à
cette histoire sèche et réaliste.
Voir sur le forum : viewtopic.php?f=10&t=12174&p=137750&hilit=The+Taking+of+Luke+Vane#p137679

Fiche technique :
Réalisateurs : William S. Hart, Clifford Smith
Scénario : Thomas H. Ince, Richard V. Spencer
Production : Kay-Bee Picture
Durée : 2o minutes - 600 mètres (2 bobines)

Distribution : William S. Hart : Luke McVane; Enid Markey : Mercedes; Clifford Smith: Shérif Stark;
Ernest swallow : Jack Ashley.

William S. Hart et Enid Markey :
Image.Image

William S. Hart et Enid Markey :
Image




Westerns de William S. Hart sortis aux USA en 1915 :

* The Scourge of The Desert
* Mr Silent Haskins
* The Sheriff ‘s Streak of Yellow
* The Grudge
* The Taking of Luke Mc Vane
* The man from Nowhere
* Bad Buck of Santa Ynez
* The conversion of Frosty Blake
* Tools of Providence
* Cash Parrish’s Pal
* Pinto Ben
* Keno Bates , Liar
* A Knight of The Trails
* The Disciple

Dossier établi par Marc.
Modifié en dernier par Hombre le 25 mars 2017 20:15, modifié 3 fois.

Avatar du membre
Sitting Bull
Grand Sachem
Grand Sachem
Messages : 5676
Localisation : Grande prairie du Sud-Ouest

Re: Le Western muet : Un aperçu chronologique 1903 - 1929

Messagepar Sitting Bull » 25 mars 2017 0:59

Juste un petit complément à ce magnifique travail.
1911

Image


1912

Image


À déplacer, voire supprimer si ça gêne.
Image

"What is this ? The stuff that dreams are made of." (W.Shakespeare)



Retourner vers « Le Western : thématiques, classements et autres sujets de l'Ouest »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 5 invités