Les barbelés dans le western

Le western au travers de ses thématiques, de classements de films, ...
Avatar du membre
U.S. Marshal Cahill
Lawman
Messages : 21042
Localisation : au dessus de Strasbourg

Les barbelés dans le western

Messagepar U.S. Marshal Cahill » 05 févr. 2012 13:51

Image
Le fil de fer barbelé, appelé aussi ronce artificielle, est un fil de fer avec des pointes servant de clôture pour dissuader (au risque de se blesser) les personnes ou les animaux, notamment le bétail, de franchir un terrain, une propriété délimitée.
Image
Le 24 novembre 1874, l’Américain Joseph Glidden de DeKalb (Illinois), déposa le brevet du fil de fer barbelé le plus répandu et construisit la première machine capable de le produire en grande quantité.
La facilité avec laquelle on pouvait le déployer fit qu'il se répandit très vite auprès des éleveurs aux États-Unis remplaçant les barrières en bois.

Dans le sud-ouest américain, les clôtures en barbelé amenèrent des querelles et des conflits de voisinage entre les éleveurs (la range war ou « guerre des frontières »). Certains ranchs laissaient paître leur bétail sans limite territoriale alors que des fermiers disposaient d'une zone délimitée par des clôtures. Il arrivait que des propriétaires coupent les fils barbelés pour laisser passer les animaux ce qui déclencha la Fence Cutter War (la guerre des coupeurs de clôtures) où plusieurs personnes trouvèrent la mort. Finalement, la justice mit en place un système d'amendes et de peines pour tout ceux qui coupaient des fils dans une clôture. En moins de 25 ans, la quasi-totalité des ranchs avait été clôturée afin de délimiter clairement les possessions. Certains historiens estiment que la fin de la « Conquête de l'Ouest » coïncide avec l'arrivée du fil de fer barbelé.

Des groupes religieux et conservateurs donnèrent le nom de Devil's Rope (la corde du diable) au fil de fer. Une partie de l'opinion publique s'indigna aussi des blessures relevées sur les animaux à la suite de l'introduction du barbelé.
(source Wikipédia)

et voici quelques westerns qui illustrent le sujet :


Duel in the sun :
Image

Face of a fugitive :
Image
ImageImage

L'homme qui n'a pas d'étoile :
ImageImage

si vous en trouvez d'autres... :wink:

Image

photos de Jica du musée NATIONAL COW BOY AND WESTERN HERITAGE MUSEUM à Oklahoma City :
Les 8000 barbelés :
Image
Image
Image
CAHILL, UNITED STATES MARSHAL
ImageImageImage

lerebelle
Grand Sachem
Grand Sachem
Messages : 8117
Localisation : Nice et St Laurent du Var, Alpes Maritimes
Contact :

Re: Les barbelés dans le western

Messagepar lerebelle » 06 févr. 2012 10:29

L'a tout est catalogué,meme le fil de fer, à ces américains. R

Avatar du membre
U.S. Marshal Cahill
Lawman
Messages : 21042
Localisation : au dessus de Strasbourg

Re: Les barbelés dans le western

Messagepar U.S. Marshal Cahill » 25 févr. 2012 15:10

Duel au soleil
Image
CAHILL, UNITED STATES MARSHAL
ImageImageImage

Avatar du membre
Blue Bill
Grand Sachem
Grand Sachem
Messages : 3160
Localisation : Far West
Contact :

Re: Les barbelés dans le western

Messagepar Blue Bill » 25 févr. 2012 18:46

Quand je pense Western et danger du fil de fer barbelé ;
je pense aussitôt à Kirk dans "L'Homme qui n'a pas d'étoile" Image

Image
Image

~ Shoot First ... or Die * That is the Question ! ~

~Now drinking in another Saloon~

Avatar du membre
Yosemite
Grand Sachem
Grand Sachem
Messages : 4512
Localisation : Paris (Texas ?)

Re: Les barbelés dans le western

Messagepar Yosemite » 25 févr. 2012 20:57

Thématique d'une grande profondeur que celle des barbelés, une riche idée USMC !
Au-delà des photos, il y a toute une réflexion qui peut être menée autour de l'arrivée du barbelé dans la prairie, paysage qui était exempt de limites artificielles (...humaines en fait).

Pour ceux qui aimeraient posséder un peu plus de connaissances autour de ce thème, je ne saurais que conseiller le livre "Histoire politique du barbelé" d'Olivier Razac.
Disponible uniquement sur le net ou d'occasion je pense tant il fut un succès.
Un ouvrage philosophique sur le fil de fer acéré.
Yo.

limpyChris
Séminole
Séminole
Messages : 1637

Re: Les barbelés dans le western

Messagepar limpyChris » 25 févr. 2012 21:41

Comme je dis quand je ne trouve pas d'intérêt à certaines listes, ou qu'elles gagneraient à être un peu plus fouillées pour faire ressortir certains points historiques, culturels, visions de l'Amérique à travers son cinéma (ici le Western), autant je me dois de dire également quand je trouve le sujet intéressant, et là, je ... "plussois/oie ?)" (la remarque de Yo).
Il y a encore au moins un titre qui m'échappe pour l'instant.
Je suis un vieux Peau-Rouge solitaire qui ne marchera jamais en file indienne.

Avatar du membre
Yosemite
Grand Sachem
Grand Sachem
Messages : 4512
Localisation : Paris (Texas ?)

Re: Les barbelés dans le western

Messagepar Yosemite » 25 févr. 2012 22:20

En outre de l'aspect cyniquement économique (le barbelé est moins cher à installer qu'un mur à ériger, il est également bien plus difficile à détruire massivement), le barbelé possède cela en lui, qu'il autorise le regard à se porter au-delà de la frontière qu'il délimite.
Le regard certes mais non le corps vis à vis duquel il demeure infranchissable.
A partir de ce simple constat naît un conflit entre désir et réalité qui alimente je crois un sentiment d'obsession et d'aliénation.
Ce n'est pas rien un fil de fer barbelé,... l'interdit qu'il représente, pour un être humain et qui sait, pour les animaux ?
Yo.

Avatar du membre
Yosemite
Grand Sachem
Grand Sachem
Messages : 4512
Localisation : Paris (Texas ?)

Re: Les barbelés dans le western

Messagepar Yosemite » 28 févr. 2012 13:49

La vision agricole ci-dessus évoquée du barbelé, mérite me semble-t-il d’être complétée d’une vision plus sournoise et guerrière ethnologiquement parlant.
En effet, l’usage massif du barbelé a également été une façon de ruiner le mode de vie des indiens d’Amérique et donc leur culture. Obstacle aux grands déplacements, parcellisation des terres, le maillage des barbelés a formé le canevas d’une nouvelle « way of life », plus individuelle et incompatible avec celle des indiens qui n’auront pas d’autre choix que celui de s’y soumettre. :sm84:
Yo.

Avatar du membre
Vixare
Séminole
Séminole
Messages : 1561
Localisation : Valenciennes
Contact :

Re: Les barbelés dans le western

Messagepar Vixare » 28 févr. 2012 14:10

Dans la mythologie westernienne, la pose symbolique du fil barbelé représente à mes yeux un étrange paradoxe du rêve américain, épris de liberté et de grands espaces, mais déjà si attaché aux idées capitalistes qu'il sa'git une étape décisive vers la fin de l'état de nature et la constitution d'une société semblable à celle que les migrants avaient quitté en traversant l'Atlantique.
" Leboeuf j'te conseille de pas te trouver sur ma route ou tu t'rendras compte que j'suis pas encore fini et que j'ai encore une bonne dose de dynamite dans les poings !"

Avatar du membre
Sitting Bull
Grand Sachem
Grand Sachem
Messages : 5747
Localisation : Grande prairie du Sud-Ouest

Re: Les barbelés dans le western

Messagepar Sitting Bull » 28 févr. 2012 15:13

Chassez le naturel.....normal pour un western ! :D
Image

"What is this ? The stuff that dreams are made of." (W.Shakespeare)

Avatar du membre
Yosemite
Grand Sachem
Grand Sachem
Messages : 4512
Localisation : Paris (Texas ?)

Re: Les barbelés dans le western

Messagepar Yosemite » 09 mars 2012 9:10

J'ai retrouvé ces propos, traduits, de John Warne Gates, vendeur de barbelés. Texas 1870.
"C'est la meilleure clôture du monde. Aussi légère que l'air. Plus forte que le whisky. Moins chère que la poussière. Tout en acier et longue de plusieurs kilomètres. Le bestiau n'est pas né qui pourra passer au travers.
Messieurs, relevez le défi et amenez vos boeufs !".


L'avenir ne lui donnera pas tort, avec tout ce qui a été tressé de fil de fer barbelé jusqu'à nos jours, il y aurait probablement de quoi emmailloter la Lune...
Yo.

Avatar du membre
Yosemite
Grand Sachem
Grand Sachem
Messages : 4512
Localisation : Paris (Texas ?)

Re: Les barbelés dans le western

Messagepar Yosemite » 18 mars 2012 13:48

Vixare a écrit :Dans la mythologie westernienne, la pose symbolique du fil barbelé représente à mes yeux un étrange paradoxe du rêve américain, épris de liberté et de grands espaces, mais déjà si attaché aux idées capitalistes qu'il sa'git une étape décisive vers la fin de l'état de nature et la constitution d'une société semblable à celle que les migrants avaient quitté en traversant l'Atlantique.


Dans l'admirable Destry (celui de Marshall en 1955), il n'est pas spécialement question de barbelés même si...

L'époque de la conquête n'a qu'un temps. Ensuite vient celle qu'on souhaite plus durable, voire éternelle même au fond de nous, du conquis.
En ce sens, le barbelé porte aussi le symbole d'une installation.
Toute aussi porteuse de liberté que soit l'image du cowboy, à la différence de l'indien il pose tout de même son séant sur...une selle.
Et une selle ne se cède ni ne se vend pour reprendre de mémoire les mots de Dempsey Rae (Kirk Douglas) dans Man without a star. Elle préfigure en ce sens un titre de propriété.
Pourquoi cette digression ? Simplement pour relier tous ces mots : selle (le siège du cavalier), séant (souvent qualifié "d'humble" quand on le souhaite discret ou bien tout au contraire remarqué voire exposé chez les stéatopyges :oops: ) et sis-sise ("situé chez le notaire" comme défini dans les mots-croisés).
A l'origine de ces mots, le verbe latin "sedere" qui désigne une station assise. Quant on est assis, on n'avance plus. Ni vers l'ouest ni ailleurs.

A l'inverse de l'indien donc, l'Européen arrive avec sa selle. Sa volonté d'installation. Quoi de plus naturel alors qu'un beau jour décréter "ici c'est chez moi". Et quoi de plus naturel encore de le faire savoir aux autres en délimitant ce "chez moi" par une clôture de barbelés ?

C'est une idée immédiate donc que de procéder à cette matérialisation. Et donc nous revoilà rendus à Destry dans cet échange juste après le gain (malhonnête certes) d'une nouvelle propriété :

Image


Image


Image

Double idée qui apparaît ici.
Celle de faire payer un droit aux usagers n'est quand même pas anodine.
Impensable si l'on se figure l'ouest en tant que grande prairie qu'il était quelques années auparavant.
Géniale si l'on se projette aujourd'hui en constatant à quel point elle n'a pas, comment dire..., vieilli.
Yo.
Modifié en dernier par Yosemite le 18 mars 2012 17:19, modifié 4 fois.

Avatar du membre
Yosemite
Grand Sachem
Grand Sachem
Messages : 4512
Localisation : Paris (Texas ?)

Re: Les barbelés dans le western

Messagepar Yosemite » 18 mars 2012 14:02

Comme rappelé dans le fameux essai "Histoire politique des barbelés" (Olivier Razac), aujourd'hui, l'image d'un fil de fer tortillé et hérissé de pointes n'évoque spontanément rien en nous d'agricole.
Il s'agissait pourtant de sa première destination.
L'histoire et ces utilisations ont fait leur ouvrage, ce n'est plus, en premier lieu, une frontière opposée aux animaux que nous y reconnaissons. Hélas...
Yo.

Avatar du membre
Yosemite
Grand Sachem
Grand Sachem
Messages : 4512
Localisation : Paris (Texas ?)

Re: Les barbelés dans le western

Messagepar Yosemite » 19 mars 2012 21:04

"Des barbelés sur la prairie"...
Amusante cette histoire de Lucky Luke lorsqu’on la met en regard de l’histoire des barbelés dans l’Ouest. Il s’agit ici rappelons-nous de protéger des salades ! Les salades de Felps.
Curieusement, c’est le planteur de salades et donc le poseur de barbelés qui est le type sympathique de l’histoire. Cass Casey, le vil éleveur est lui un gars antipathique au possible qui se croit au-dessus des lois et qui, pesant au sens propre comme au figuré trois ou quatre fois plus lourd que son rival, va tout faire pour l’écraser et ses salades avec.
Alors pourquoi pas en effet, ce brave cultivateur a le droit de faire pousser ses salades, et d’ailleurs la loi (dans l’histoire réelle des USA) lui donne raison puisque la coupe des barbelés à été déclarée interdite et passible de sanctions. Mais il est remarquable de relever que le scénario est ainsi tourné de façon à positionner le « poor lonesome cowboy » en pro-barbelé ! Nous aurions pu nous attendre à ce qu’il défende la prairie naturelle et, quand on y réfléchit un peu, ce positionnement ne semble pas coller avec son personnage.

Ou bien alors, l’histoire de l’Ouest faisant foi au profit des barbelés, Morris & Goscinny ne pouvaient décemment pas positionner leur héros d’un autre côté que celui de la justice.
De toute façon, la vignette de fin avec la fameuse chanson est là pour nous rappeler l’essentiel :
- il s’en va toujours plus loin à l’ouest, loin des barbelés
- il est un pauvre solitaire, autant dire un homme qui restera toujours hors de ce monde qu’on clôture.

Yo.


Image

limpyChris
Séminole
Séminole
Messages : 1637

Re: Les barbelés dans le western

Messagepar limpyChris » 24 mars 2012 14:41

Pas retrouvé le titre qui me faisait défaut, où l'on parlait d'open range et de barbelés, mais il vient d'en sortir un pas mal en dvd, grâce à Sido : "Untamed Frontier/Passage Interdit" d'Hugo Fregonese. Belle photo d'intro de cavaliers armés, en ombres chinoises, défendant les barbelés. (Sitting ..... )
Je suis un vieux Peau-Rouge solitaire qui ne marchera jamais en file indienne.



Retourner vers « Le Western : thématiques, classements et autres sujets de l'Ouest »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 7 invités